TÉMOIGNAGES GÉNÉRAUX REÇUS

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2016

COMMENTAIRES ELVIS EXPERIENCE
(Ce commentaire concernant le volume sonore trop élevé lors des spectacles nous a été acheminé à nous, de même qu'au journal La Presse)


Mercredi le 24 août dernier, nous avions choisi d'assister au spectacle Elvis Experience.  Malheureusement, notre expérience ne fût pas à la hauteur de nos attentes, loin de là.  Les artistes sur scène ne sont pas en cause, avec des prestations qui correspondaient à tout ce que nous avions lu ou entendu au sujet de ce spectacle.
Nos difficultés sont en lien avec la sonorisation du spectacle.  Le niveau du volume sonore était si élevé que nous ne percevions qu'un abrutissant, envahissant et tonitruant, intolérable mélange de bruit dans lequel il nous était impossible d'identifier le son d'un instrument particulier (...ni même celui de 4 trompettes ou de 2 trombones !!!) .  Inutile de mentionner que les violons et violoncelles nous ont semblé ne faire que de la figuration, les choristes criaient dans leurs microphones et avaient de la difficulté à se faire entendre...bref le sonorisateur de ce spectacle présente des problèmes de surdité, probablement chroniques et liés à l'emploi, et il apprécie particulièrement le bruit de la batterie et le son des guitares...
Quant à nous, par crainte de subir des dommages permanents à notre système auditif, nous avons quitté la salle au moment de l'intermission et nous sommes rentrés à notre hôtel extrêmement déçus, en pensant que les frais  investis pour cette soirée...billets, hôtel, restos, essence etc...nous auraient permis plusieurs concerts à la Maison Symphonique.

Il est particulièrement alarmant que cette situation  se soit généralisée: une très grande majorité des spectacles "live" , à l'extérieur comme en salle, présentent des niveaux sonores inacceptables ...et générateurs de troubles auditifs à long terme...

Nous n'avons pas l'impression que, pour la collectivité, notre environnement sonore soit aussi partie de notre environnement physique au même titre que l'air ou l'eau...Il faudrait pourtant s'en préoccuper. Désolant...

Gérald Aubry et Micheline Comte
Salaberry-de-Valleyfield - 26 août 2016
 ...

JE VEUX ADHÉRER AU RQCB

J'habite sur une belle rue à Montréal (NDG) mais malheureusement à proximité de l'autoroute Décarie. Le bruit généré par les autos normales pourrait m'être tolérable mais trop souvent je dois subir le vacarme des motos ou autres véhicules dont le silencieux est absent ou inopérant. D'autant que dès qu'ils rentrent dans le tunnel sous la rue Sherbrooke ils font exprès d'ouvrir la machine pour faire le plus de bruit possible. Il en est de même des motos sport qui se croient sur la piste Gilles-Villeneuve. Tout ce bruit inutile n'a pas sa raison d'être dans une ville comme Montréal ou dans tout autre lieu.
C'est pourquoi je désire adhérer à votre regroupement.  Merci.


Claude Labelle - 24 juillet 2016

...

 THERMOPOMPE DE SPA
 
Je suis présentement en attente de jugement de la cour contre mes voisins qui nuisent à notre sommeil à cause du bruit agressant et continu de leur spa quatre saisons,qu'ils ont eu la bonne idée d'installer près de notre maison, plus précisément, de notre chambre à coucher. Depuis plus d'un ans nous tentons d'avoir de l'aide. La municipalité nous réfère à la Sureté du QC et la Sureté  nous réfère au civil...Personne peut nous aider, personne veut s'impliquer...Nous avons dû  dépenser beaucoup de temps et d'argent pour tenter de régler le problème de bruit car nos voisins refusent de faire quoi que ce soit, prétextant que leur spa est dans les normes soit à deux mètres de la limite du terrain...Nous souffrons d'insomnie,  nous sommes fatigués d'entendre ce maudit bruit, épuisés nous nous sentons coincés puisque l'on ne peut pas vendre avec ce vice caché. Nous devons subir le tout encore et encore en attendant que la cour donne son jugement qui va peut être convaincre nos voisins d'installer plus loin leur appareil sonore...Situation très incommodante et inconfortable qui nuit à notre santé et maintenant à notre moral. Que faire de plus...Comment retrouver la tranquillité chez nous tant à l'intérieur qu'a l'extérieur de notre maison qui jadis était un havre de paix
.

Une sympathisante du Saguenay - 8 juillet 2016

...

JE NE COMPRENDS PAS - ÉCLAIREZ-MOI SVP 

 
Je demeure sur la route 148 au cœur du village de Montebello et il y a des centaines de motocyclettes qui passent devant chez moi les fins de semaines quand ce n'est pas les camions et camions-trains...c'est de pire en pire chaque année.  De plus il y a un Rockfest qui nous amène des centaines de milliers de gens qui envahissent le village pendant un grand weekend...de chez moi j'entends 2 spectacles en même temps les vendredi et samedi de 12h à tard dans la nuit...c'est infernal...heureusement ce n'est qu'une fin de semaine mais je sympathise avec les gens de Brossard qui subissent les show du parc Jean-Drapeau tout l'été...
De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB: la radio de Radio-Canada.
Commentaires particuliers:
J'aimerais savoir où en sont vos démarches pour faire changer les lois...J'aimerais comprendre pourquoi c'est si compliqué pour le gouvernement de s'attaquer aux bruits inutiles car les gens vont quand même s'acheter des véhicules de plaisance même s'ils sont silencieux...il me semble que de légiférer n'apportera que du bien-être à tous sans nuire à l'économie...Éclairez-moi SVP

Louise, sympathisante de Montebello - 21 avril 2016

 

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2015

VOUS POUVEZ ME COMPTER PARMI VOS MEMBRES ULTRA-SOUFFRANTS DU BRUIT 

Bonjour,
 
J’ai entendu parler du Regroupement québécois contre le bruit par les Pollués de Montréal-Trudeau. Je fais partie d’un comité contre le bruit et la dangerosité des trains dans le Village Montpellier (quadrilatère borné par les rues Muir, Montpellier et Côte-Vertu) à Ville Saint-Laurent.
 
Nous nous battons depuis deux ans avec l’AMT et le CN pour obtenir des améliorations concernant le bruit nocturne et diurne des trains, le risque d’accident dû à des vitesses excessives et au nombre croissant de wagons transportant du pétrole (100 – 150 wagons par convoi).
 
Les trains passent très près de nos habitations (tours de condos et de logements d’une quinzaine d’étages, résidence de plus de 250 personnes âgées).
 
La construction d’une voie surélevée du CN pour franchir les voies des trains de voyageurs de l’AMT a eu pour effet d’augmenter le bruit en le répercutant sur une plus grande distance et de plus grandes surfaces.
 
Les convois ferroviaires sont souvent tirés par deux ou trois locomotives qui, en empruntant ce passage surélevé, la nuit comme le jour, font un bruit assourdissant et occasionnent des vibrations dans les logements situés à proximité.
 
Nous avons fait des démarches au niveau de l’arrondissement (Ville de Montréal), du gouvernement provincial, du gouvernement fédéral, de l’AMT, du CN, des candidats à l’élection fédérale, sans aucun résultat satisfaisant jusqu’ici.
 
Et nous souffrons en prime du bruit des avions de plus en plus nombreux qui nous survolent tant la nuit que le jour.
 
Aussi, j’en ai assez et j’espère une étude scientifique des répercussions sur la santé physique, psychologique et mentale de cette exposition continue au bruit excessif le jour et la nuit.
 
Voilà où j’en suis pour le moment.
 
Aussi, vous pouvez me compter parmi vos membres ultra-souffrants du bruit. 
 
Marie Barrette, Saint-Laurent, QC   - 13 octobre 2015
 

...
J'AIME DE MOINS EN MOINS L'ÉTÉ


Malheureusement j'aime de moins en moins l'été parce que :
1) Le bar derrière chez moi attire des gens qui parlent fort, crient et gueulent jusqu'aux petites heures du matin. Et bien entendu n'oublions pas les motos et autos dont les propriétaires qui viennent au bar s'amusent à faire marcher leur moteur bruyant pendant de longues minutes pour être certains que leur présence est remarquée. Et tout ça c'est encore pire lors de la soirée karaoke qu'y s'y tient une fois par mois.
2) Les employés du restaurant de malbouffe derrière chez moi claquent la porte de leur conteneur à déchets à 11:45 à chaque soir avant la fermeture (à minuit) et souvent même plus tard.
3) Le même restaurant de malbouffe engage des gens avec un compresseur à air (pas du tout silencieux) pour repeindre les lignes de son stationnement à 1:00 du matin.
4) Les climatiseurs, thermopompes, SPAs, piscines, ventilateurs commerciaux de toutes sortes qui tous mis ensemble, font toute une cacophonie de sons qui devient très vite insupportable.
De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB: En faisant une recherche internet sur les moyens à prendre pour arrêter la pollution par le bruit.
J'ai découvert votre site parce que je ne savais pas trop  combattre le bruit que les commerces derrière chez moi nous font subir au cours de l'été. Je cherchais à découvrir quels sont nos droits à ce sujet. J'essayais de voir aussi si d'autres personnes sont du même avis que moi et en ont assez des irritants sonores et si d'autres personnes vivent la même chose que moi. J'avoue que je suis bien contente de voir que c'est en effet le cas et que plusieurs d'entre nous en avons assez de la pollution par le bruit.


Mme Lévesque,
Laval, Qc - 4 septembre 2015
 ...

 fortement intéressée

Bonjour,

Je suis fortement intéressée à apporter mon appui à votre regroupement car je désire vivre dans des environnements sonores sains. Je veux bien que vous ajoutiez mon nom à la liste des adhérents   

 

Suzanne Lemire, Montréal, St-Alexis-des-Monts - 2-6-15

...

Veuillez m'inscrire à votre liste de membres.

Ici au centre-ville de Trois-Rivières nous avons trois sources principales et volontaires de bruit
:


- Les souffleuses à feuilles qui sont utilisées en tout temps, par la municipalité, pour “entretenir” le parc portuaire.


- Les silencieux modifiés de voitures et moto.

- Les puissants systèmes de son de voitures.

Veuillez donc m'inscrire à votre liste de membres. Merci.

Alain Léger, médecin retraité
, Trois-Rivières, Qc - 25 mai 2015

 ...

Je supporte entièrement les visées de votre regroupement

Bonsoir,

Je supporte entièrement les visées de votre regroupement.  Je considère totalement aberrant que tous continuent de tolérer les sources de bruits inutiles, notamment les tuyaux d’échappement modifiés.  

J’habite la municipalité de Chelsea dans l’Outaouais québécois.  Il ne fait pas de doute que la municipalité de Chelsea, avec la proximité du Parc de la Gatineau et ses commerces de Old Chelsea devient de plus en plus une destination prisée pour tous les amateurs de motos.  Par les belles journées et soirées d’été, ils convergent vers Old Chelsea en route vers le Parc, et une minorité grandissante d’entre eux font pétarader fièrement leurs engins pour le plus grand désagrément des citoyens environnants, des gens sur les terrasses et restaurants, sans compter les utilisateurs du Parc de la Gatineau qui recherchent la tranquillité  des ses routes et sentiers.

Il est déplorable qu’une poignée d’utilisateurs puissent ainsi nuire à la qualité de vie des citoyens, par leur simple passage, d’autant plus que leur engin enfreint une règlement connue et pourtant rarement appliqué.  En l'absence de mesures de coercition ou même de prévention, la proportion de motocyclettes dont le tuyau d’échappement enfreint la règlementation explose à chaque année, c’est rendu un véritable fléau. 

Merci,

Alain Beaudry, Chelsea, Qc - 8 mai 2015

...

Demande d'ajout à votre liste d'adhérents

Bonjour, 

Je viens de découvrir le RQCB par votre site web, en faisant une recherche sur la pollution sonore. Parmi les bruits que je trouve les plus souffrants figurent : le volume sonore dans les cinémas et les commerces (même les magasins de vêtements), l'omniprésence de musique forte dans les parcs publics l'été.

Il m'arrive d'être particulièrement excédée par le manque de civisme de ceux qui font retentir les bruits des appareils électroniques dans les lieux publics (arénas, piscines, bibliothèques, cafés, restaurants, bus et métro) et surtout dehors (jeux sur les téléphones et les tablettes qui se transportent si bien partout; les radios dans les parcs, et les radios des coureurs et patineurs qui délaissent les écouteurs ! ?). 

Heureuse de découvrir le regroupement, j'ose espérer qu'une conscience s'éveille.

 

Véronique L'Helgoualch - Montréal  - 1er mai 2015

---

J'AIMERAIS QUE VOUS RajoutIEZ MON NOM 

 

Bonjour, SVP j'aimerais que vous rajoutiez mon nom a votre liste d'adhérents afin que je puisse participer à d'éventuelles activités, discussions, moyens de pression. etc.

 Le bruit... la très grande négligée des pollutions... 

Merci.

 

Marco Milo, Beauharnois, QC - 11 mars 2015

 ÊTRE SUR LA LISTE POUR FAIRE PART DE MON TÉMOIGNAGE

Bonjour,

Je demeure dans une municipalité située entre  Shawinigan et Trois-Rivières. Or, je suis victime d'une pollution sonore incomparable. Mon voisin est propriétaire d'une Honda civic modifiée avec un silencieux illégal et un système de son extrêmement bruyant (auto-canon). À chaque nuit vers 1h30 2h00,  il arrive en trombe et rince son petit moteur dans mon quartier. Je voudrais faire partie de la liste et faire part de mon témoignage car à Trois-Rivières aucun témoignage n'a encore été fait. 

  X. -  Mauricie -  mars 2015

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2014 

 

 APPUI EN LIGNE - IL EST URGENT QUE....


Nuisance
sonores qui m'irrite le plus :
Le fléau de la circulation automobile sur les routes de campagne causé par le développement domiciliaire des villes voisines sans plan d'urbanisme qui tienne compte du transport. Exemple: 8000 véhicules par jour incluant camions lourds sur une route de campagne qui n'est pas conçue pour cela.
IL est impératif que le Québec adopte une politique sur le bruit, il en va de la santé de ses concitoyens.

Yvan Rochon, St-Roch de L'Achigan - 29-12-2014

HOW CAN I BECOME A MEMBER ? 

 

I was happy to hear of this  organization.      I worked hard to buy a place on the lake on a quiet street ....   then a  young couple moved in with    6 race cars that are started 18 times at day     and Midnite  to 7 am    The noise is unbearable  and I get no sleep   THERE  is no enforcement to stop this  noise    I have ringing in my ears now    I sent them  a letter to reduce the disturbance  but   now they sit behind my driveway and  rev the engines that the dishes shake in my cupboard.

They  have taken over my space and use their cars for annoyance weapons    I  have  negative response for the police in our area and I tried to ask the councillors to pass proper noise  bylaws  but there would be no enforcement. anyway.   I  would like to help  to see change and some protection.

  Sincerely 

J. Anne  Polanski      St-Placide   Quebec - 28-10-2014

STOP , LES DÉCIBELS !
J’ai découvert votre site et votre merveilleuse mission suite à un petit bout de journal daté du 15 décembre 2006, où vous écriviez une lettre intitulée
: Stop, les décibels! J’ai consulté votre site.


Je suis présentement à monter un dossier pour faire respecter les règlements de la ville concernant le bruit de la musique de l’Hôtel Chantecler à Sainte-Adèle ainsi que le bruit des camions poids lourds qui passent et repassent sur une petite rue tranquille dans la municipalité.
 

Oui je veux faire partie des adhérents à votre cause.


Suzanne Delisle
, Sainte-Adèle, Qc  - 10 octobre 2014
 

OUI ! UN PEU DE CALME ET DE SILENCE, SVP...

  Je me joins à votre association du RQCB. Ce problème du bruit excessif en espaces publics (les bibliothèque au premier chef [!], les lieux de restauration, les transport publics, voire les musées, etc.) est devenu un véritable « fléau » de la société de notre temps. J'y inclus également la dictature omniprésente de la musique/chanson... anglo-américaine. Partout. Comme si le simple silence et/ou la belle chanson d'expression française étaient devenus interdits. Ici même, en pays pourtant français...

Avec mes salutations,

Jean-Luc Gouin, résidant de la Capitale nationale du Québec - 26 mai 2014

 

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2013

J'aimerais faire partie de votre regroupement.

Je pratique la danse sociale et en ligne et dans tous les endroits où je vais, que ça soit dans une salle de danse ou dans un bar, le volume de la musique est tellement fort que l'on doit crier pour que la personne à côté de nous entende. C'est fou comme c'est fort et agressant. Souvent, je vais demander au chanteur de baisser le volume. Il dit ceci: que ça ne se baisse pas, qu'il doit mettre ça fort pour que tout le monde entende (c'est arrivé dans un bar petit comme ma main, je dirais que le bar mesure 20 pieds par 20 pieds environ), que c'est la "base" qui fait que ça parait fort, etc.

J'espère pouvoir faire quelque chose pour que ça change. Une pétition, des pressions sur ma Ville pour qu'elle légifère la-dessus, n'importe quoi mais pour pouvoir aller à quelque part sans amener mes bouchons d'oreilles.

Merci infiniment de m'avoir répondu, vous me redonnez espoir qu'il y a quelque chose à faire.

Jacinthe Ouellet, Val-d'Or (Abitibi-Témiscamingue) - novembre 2013

...

Motomarines et cigarette-boats au Lac St-Jean

Secteur d'intérêt : Lac St-Jean

M'irritent énormément les motomarines et les cigarette-boats surtout ceux qui MODIFIENT LEUR ECHAPPEMENT. Le Lac mesure 50 x 30 km et, même s'ils sont en plein milieu, le bruit se repand sur tout le pourtour, suffisamment pour qu'on croie avoir un avion au-dessus de la tête. Et ca dure entre 15 min et une heure, tandis que l'avion lui passe en 1 minute.

Paul-Andre Bouchard, Montréal - 3-8-13

...

Je désire (ardemment!) ajouter mon nom à votre liste d'adhérents.

  Je viens tout juste de découvrir votre site – après avoir effectué sur internet une recherche sur la pollution par le bruit.  
Je désire (ardemment!) ajouter mon nom à votre liste d'adhérents.  
Je travaille dans une école secondaire et depuis quelques années, mes collègues et moi sommes atterrés par la situation : en général, les élèves ne parlent plus, ils crient. Je suis certaine que tous les élèves –même ceux qui passent leur temps à crier– souffrent comme nous de la situation. À la fin de la journée, nous sommes fatigués, non pas d'avoir travaillé, mais bien d'avoir dû supporter un niveau incroyable de décibels.

J'en suis à me demander si je ne pourrais pas sensibiliser mes élèves aux méfaits de la pollution par le bruit... c'est pourquoi j'effectuais une recherche sur internet.


J'habite également un quartier plutôt bruyant et j'ai eu la mauvaise idée d'acheter un condominium dans un complexe de bâtisses construites dans les années ‘80... et où, donc, il y a constamment un appartement en rénovation. Impossible de profiter du silence, surtout à partir de la belle saison. Je songe sérieusement à vendre.  

Bref, actuellement, toutes les sphères de ma vie m'amènent à réfléchir sur ce besoin vital de tranquillité...

Geneviève Lemay, Laval, Qc - 14-10-13
...

LE HOBBIT AU CINÉMA : UNE EXPÉRIENCE ASSOURDISSANTE ET FRUSTRANTE

Chers amis, nous tenons à vous faire part d'une mésaventure qui prête à réflexion quant aux limites que nous sommes prêts à accepter de la part des fournisseurs de divertissement.

Nous venons de vivre, ma conjointe (40 ans) mon fils (11 ans) et moi-même (48 ans) une expérience qui remet en question nos futures séances dans les salles de cinéma de notre ville. Ce soir, 5 janvier 2013, au sortir des vacances des Fêtes, nous sommes allés voir Le Hobbit, au Cinéplex StarCité du Stade Olympique. Nous avions choisi une salle dénommée Ultra Avx afin de profiter du nouveau format à 48 images/sec. ainsi que du 3D. Or, c'est un véritable mur de son qui nous a frappé, au point de nous faire oublier la qualité des images.

Déjà, les bandes annonces n'auguraient rien de bon: nous les avons regardées, éberlués, les doigts dans les oreilles. Le film qui suivait aurait dû offrir un niveau nettement plus bas, tout en anticipant quelques pointes lors des moments d'action. Les heures qui ont suivi ont plutôt offert une nouvelle définition de l'agressivité par la technologie. Plus de quatre heures après être sortis du cinéma, nous avons encore des sifflements dans les oreilles. Nous craignons même des dommages permanents.

Au Cinéplex, nous avons fait venir une représentante du service à la clientèle qui, manifestement, ne comprenait rien aux technologies en utilisation dans les salles de StarCité ni au phénomène du bruit, prétendant que le "7.1" était la norme de niveau sonore (!) imposée pour les salles Ultra Avx. Elle nous a même affirmé que nous avions payé plus cher pour obtenir un son de meilleure qualité. Si je lui ai répondu qu'il y avait malentendu (excusez le jeu de mot), que l'on méprenait quantité pour qualité, c'était pour me faire dire que personne ne s'était jamais plaint du niveau sonore (ce dont je doute fort), et qu'elle même n'y avait trouvé aucun désagrément (ce dont je ne doute pas). À ma demande si le cinéma connaissait le niveau de décibels dans sa salle Ultra Avx, après un appel à son gérant, je me suis fais répondre que personne n'en savait rien. Cinéplex ne peut donc pas renseigner à l'avance les spectateurs quant aux limites de l'expérience qu'ils s'apprêtent à subir. Pourquoi renseigner les spectateurs sur un problème inexistant, n'est-ce pas?

Le plus frustrant reste cette impression que beaucoup de concitoyens ne semblent pas trouver excessif un tel niveau sonore. Déjà que nous aurons à endurer une génération d'obèses diabétiques aux genoux prématurément fragilisés, aurons-nous de surcroît à assumer collectivement le coût médical d'une onde déferlante de sourds avant l'âge? Des durs de la feuille avant même la quarantaine pour des années d'écoute excessive dès la petite enfance, d'écouteurs intra auriculaires hyperperformants (ou perforants!) et d'objets ou d'environnements permettant des niveaux de fréquences sonores olympiens?

Pour notre part nous avons décidé de mettre un frein aux sorties au cinéma, sauf dans les cas où l'on nous assure du niveau sonore adéquat au préalable. Mieux vaudra le confort de notre salon où nous pourrons contrôler les paramètres de nos divertissements. Continuons de développer la patience d'attendre les versions des films en DVD ou en ligne. Nous pourrons même bénéficier du filtre critique et populaire afin d'éliminer les moins intéressants et ainsi économiser de précieuses heures de vie.

Tant pis pour les propriétaires de salles et producteurs de cinéma. Nous avons trop à cœur notre santé et préférons conserver notre ouïe aux fins d'expériences culturelles et de divertissements plus raffinés. Pour plus longtemps que la moyenne, semble-t-il .

Mais la question reste: doit-on laisser les fournisseurs de divertissement agresser notre santé de la sorte, sans limite, en nous faisant payer collectivement le prix?


Luc Beauchemin, designer, artiste visuel, Montréal, Qc - 5 janvier 2013

...

POUR UN ENVIRONNEMENT SAIN, SANS BRUITS EXCESSIFS NOCIFS

J'adhère aux objectifs du RQCB. Mon rêve est de voir celui-ci devenir plus visible dans la revendication d'un « environnement sain, sans bruits excessifs nocifs ». En effet, comme vous l'énoncez, est-ce encore possible de trouver un espace, un endroit calme où faire l'épicerie, magasiner, manger au resto, choisir un livre ?... Maintenant, presque chaque commerce (épiceries: IGA, Provigo, Metro ; centres d'achat, restaurants, boutiques, magasins)  rivalise de musique énervante, bruyante, qui nuit à la concentration et à la prise de décision éclairée de la clientèle et qui empêche une communication appropriée entre les employé-es et les clients lorsque c'est nécessaire.

Bach Lan Duong, Québec, Qc  - 4 février 2013

...

LE THÈME « MUSICAL » DE L'ÉMISSION "PAS DE MIDI SANS INFO" POSE PROBLÈME

NOTE du RQCB. Au mois de décembre 2012, Claude Dupré, de Montréal, à acheminé à la Société d"État un commentaire tout à fait pertinent pour lequel il déplore n'avoir même pas reçu de réponse. Voici le texte de ce commentaire.

LE THÈME « MUSICAL » DE L'ÉMISSION "PAS DE MIDI SANS INFO" POSE PROBLÈME

Le thème musical de "Pas de midi sans info" nous casse les oreilles depuis des mois. Il est vraiment dommage qu'un si bon travail journalistique s'accompagne d'un tel vacarme. Une tonitruance de guerre y est servie tout au long de l'émission. Quelques minutes et voilà de retour un bombardement percussif qui va  d'ailleurs à l'encontre de l'esprit de la  réglementation du CRTC au sujet des pubs bruyantes. Il est de mauvais goût de s'annoncer sans relâche   comme si nous étions sourds ou susceptibles de décrocher à chaque seconde. Ça  verse  dans le nivellement par le bruit, je trouve, et ça déçoit de la part de la radio d'État.

Ne serait-il pas possible :

a)      de changer le thème musical (la meilleure chose à faire)  ?

b)      en attendant, de baisser le volume, exagéré, quand il joue ?

c)      en attendant de procéder, de couper de moitié la fréquence avec lequel il est mis en onde.


Merci de m'avoir lu.

J'aimerais bien savoir ce que vous comptez faire à ce sujet.

Claude Dupré, un auditeur de Montréal

.......

NOTE du RQCB. Nous déplorons l'attitude de Radio-Canada dans ce dossier. Il faut louer les citoyens préoccupés par la préservation de l'environnement sonore et, par ailleurs, ce ne serait pas acceptable que Radio-Canada se comporte de manière irresponsable dans un domaine dont tout le monde doit prendre conscience et respecter l'importance.

......

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2012

J'ADHÈRE ENTIÈREMENT À VOS OBJECTIFS

"J'ai pris connaissance des objectifs de votre organisme auxquels j'adhère entièrement.
Je fais partie de ceux et celles qui se plaignent très souvent du bruit constant et de son volume exagéré dans la plupart des lieux fréquentés dans la vie quotidienne mais aussi au cinéma et dans les restaurants (musique trop forte) et j'ai opté récemment pour un environnement de vie plus calme.
Cordialement et je vous félicite pour votre engagement social."


CÉLINE SAINT-PIERRE, professeure émérite de sociologie à l'Université du Québec à Montréal, Montréal, Qc - 4 juin 2012.

.....

L'ÉTÉ, LE BRUIT ET LA SURDITÉ CITOYENNE

"Je suis contre le bruit, sans équivoque, veuillez m'inscrire à votre liste d'adhérents. "

Russ Manitt, doctorant en musicologie

Voici un texte d'opinion de moi paru dans le journal le Soleil (le 1er avril 2012). "

*** L'été, le bruit et la surdité citoyenne

Les belles températures, dont nous avons tous profité la semaine dernière, ont donné lieu à un nouveau paysage sonore, à ces bruits qui accompagnent l'été d'année en année. Certains plaisent en nous rappelant à la vie nouvelle : les rires d'enfants, les bouteilles de bière qui s'entrechoquent pour signaler l'amitié et souhaiter la bonne santé, le vague refrain de guitare qui provient d'un balcon voisin, la clochette de vélo. Ce sont les sons de la vie de quartier, de la vie tout court. D'autres bruits n'invitent pas à une pareille camaraderie. Ils sont hostiles, voire dangereux, agressifs et anti-sociables. Ils n'expriment pas l'activité d'une communauté mais, au contraire, l'étalement énergumène d'un égo indiscret. J'ai accusé les hauts-parleurs innombrables qui se font compétition le long des rues commerçantes. J'ai accusé la radio-poubelle qui n'arrive à se diffuser que par le biais du cri. J'ai accusé le chien que le voisin laisse japper pendant plus d'une heure. J'ai accusé les véhicules à silencieux modifiés, roulant à toute vitesse en milieu résidentiel, qui – j'en ai été témoin – réuississent à faire pleurer spontanément un enfant comme si celui-ci s'était fait giflé. Ces bruits troublent la paix d'un quartier. Plus encore, ils sont le symptôme d'un civisme perdu, la marque du citoyen qui n'est plus digne de ce nom. Ils blessent non simplement l'intégrité de nos oreilles, mais l'intégrité de notre tissu social. L'élimination de ces bruits excessifs promet d'être un bon premier pas vers une vie civique saine, vers le simple respect de l'autre.

Russ Manitt, nouvel adhérent, musicologue et pianiste, Québec - 14 mai 2012

D'ACCORD AVEC VOUS À 100 %

"Avant de tomber sur votre site, je croyais que j'étais seul à détester ces individus qui font du bruit avec leurs voitures modifiées. Ajouter mon nom SVP. On doit faire quelque chose pour arrêter ce type de pollution sonore de plus en plus grandissante et envahissante."

 Sylvain Kègle, technicien civil   St-Étienne-De-Lauzon (Lévis) - 1er mai 12

IL Y A LONGTEMPS QUE J'EN SOUFFRE

Il y a longtemps que je souffre des bruits excessifs ; j'ai apprécié d'apprendre votre existence  lors de l'émission de radio à Radio-Canada sur le son excessif dans les cinémas.
Je veux joindre ma voix à la vôtre afin de faire connaître l'importance de l'impact d'un tel phénomène. De sensibiliser la population à l'impact du bruit sur notre qualité de vie et même notre santé mentale puisque nous connaissons maintenant la gravité de l'impact du stress sur la santé humaine.
Il y aurait lieu d'abaisser le son des cinémas ou d'y fournir des bouchons. Ou de favoriser le développement de cinémas paralèlles à petites salles et à niveau de son à dimension humaine. Il y a aussi les discothèques dont on pourrait protéger les jeunes des problèmes de surdité liés à la fréquentation de ces lieux (je me suis privée souvent d'aller danser en raison de ce bruit «hautement» excessif !).

(...)

Grace Kelly Québec (Beauport) - 5 avril 12

J'ADHÈRE

J'ai entendu parler de votre association lors de l'émission l'après midi porte conseil. Le son trop fort au cinéma, ça m'irrite ! La musique trop forte dans les commerces ça m'irrite ! Les pubs trop fortes à la télé ça m'irrite..!!

Donc, j'adhère! Merci !

Marc Blanchette, Mont St-Hilaire,Qc - 8 mars 2012

...

NOTE DU RQCB. Ce nouvel adhérent fait référence à l'excellent reportage d'Isabelle Craig - sur le volume sonore au cinéma - à l'émission L'après midi porte conseil. On peut en prendre connaissance en utilisant le lien suivant.

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CBF/LapresmidiPorteConseil201202291308_2.asx

INSCRIPTION SUR LA LISTE

J'ai pris connaissance de l'organisme en faisant des recherches sur la nuisance due au bruit.

Si le bruit est nuisible le jour, il est un fléau la nuit.

Vous remerciant pour la fondation du Regroupement et votre site. Pourriez-vous m'inscrire dans votre liste d'adhérents ?

Michel Devost, Sainte-Thérèse (Qc) - 28 fév. 2012

ADHÉSION AU RQCB

En bref, je constate que le problème du bruit est croissant et sérieux. J'adhère intégralement à vos objectifs et je suis prêt à combattre ce fléau qui rejoint même le cul-de-sac où je vis dans la forêt dense des Cantons de l'Est. Les véhicules hors-route nous envahissent...

Ajoutez-moi à votre liste S.V.P.!

André du Chastel de Montrouge, La Patrie, Qc - 17 février 2012

NIVEAU DE SON DANS LES CINÉMAS - JE VEUX ADHÉRER AU RQCB -

Cher Regroupement québécois contre le bruit,

Bravo pour le travail que vous faites ! Je voudrais me pencher sur le volume du son dans les cinémas. C'est franchement étourdissant, pour ne pas dire abrutissant, encore plus pendant les annonces avant la projection du film. La première fois que j'ai amené mon fils de 3 ans au cinéma pour voir un film, quand le son a commencé, mon enfant a sursauté de peur. Cela dit, le niveau du bruit dans les salles de cinéma afflige tout le monde, tous âges confondus.

Un niveau du son si élevé cause des incidences négatives sur la santé auditive, ça provoque du stress et ça enleve l'envie de retourner dans les salles de cinéma. Bref, tout le monde y perd, les cinéphiles et les propriétaires des salles de cinéma.

Diego Herrera, Montréal - janvier 2012

 

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2011

ADHÉRER AU RQCB


Nous voudrions faire partie de la liste des adhérents du RQCB. Vous pouvez ajouter nos noms à la liste sur le site web.
Nous avons eu l'agréable surprise de vous découvrir par internet. Nous sommes concernés par le bruit excessif, étant dans une région où il y a beaucoup de drag et de skidoos qui circulent sur les chemins publics.
En découvrant votre association, nous constatons que nous ne sommes plus seuls à désirer plus de quiétude dans nos campagnes.
 
Claude Bilodeau et Denise Landry, St-Christophe d'Arthabaska, Qc - février 2011

CRUELLEMENT AFFECTÉS - ST-HUBERT

La nuisance sonore qui m'irrite le plus, c'est bien évidemment la fréquence effrénée, démesurée et inhumaine que nous font subir les petits avions des maudites écoles de pilotage à St-Hubert (+ de 1 000 décollages par jour en été).  L'importance de notre problème est de plus en plus diminuée du fait que beaucoup de citoyens lésés ne se manifestent pas (principe de la majorité silencieuse). Cela nuit de plus en plus aux représentations du CAPA-L à St-Hubert (www.capa-l.com) ainsi que celles des citoyens cruellement affectés dont moi-même.

Benoit Dion, St-Hubert, Qc - 11 mars 11

JOIE DE VOUS DÉCOUVRIR

En lisant Le Devoir de la fin de semaine, j'ai remarqué votre annonce et me suis empressée de venir naviguer sur votre site.
J'aimerais ajouter mon nom à votre liste, car la pollution sonore m'horripile depuis un certain temps. Sachez ma joie de découvrir une association de gens qui s'intéresse à cette question.

Je suis particulièrement agressée par les situations suivantes : certains automobilistes qui font hurler leur système de son à tout heure du jour ou de la nuit, les responsables de la plupart des salles de cinéma, mes voisins qui projettent à tue-tête leurs conversations, certains motocyclistes qui n'ont que faire de leur entourage et font ronfler leur engin.
Voilà !

Je vais suivre vos démarches avec intérêt.

Madame Claude Morissette, Brossard (Québec) - 25 avril 2011

M'AJOUTER COMME SYMPATHISANTE

J'aimerais m'ajouter comme sympathisante du mouvement.
Les bruits qui m'irritent le plus sont :
- les motocyclettes épouvantablement sonores
- les appareils de chauffage et d'aération qui font du bruit et émettent des vibrations jusque dans les maisons (ou par les fenêtres ouvertes)...
- la musique et la radio dans les lieux d'où on ne peut fuir (exemple : salle d'attente du docteur, dentiste, etc.)
- les ipods et autres appareils d'écoute lorsque, dans les transports publics, ils sont mis à trop haut volume - je ne me gêne d'ailleurs pas pour demander à la personne de baisser.

Merci et bonne chance,


Madame Leroux, 35 ans, Gatineau, Québec - 30 avril 2011

JE SOUSCRIS ENTIÈREMENT...

Bonjour,

Je souscris entièrement à la lutte contre le bruit. Je souhaite ajouter mon nom à votre liste d'adhérents.

Geneviève Groulx, Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, Montréal, Qc - 2 mai 2011

AJOUT DE MON NOM S.V.P.


J'ai appris l'existence de votre mouvement par l'entremise d'un courriel d'information du magazine /Protégez-Vous/ du mois d'août 2011. Je suis ravi de constater que je ne suis pas le seul à subir intensément l'absence totale de civisme de nombreux citoyens.

En ce qui me concerne, je suis en train de devenir fou à cause du bruit. J'ai eu beau quitter le Plateau-Mont-Royal pour m'installer à la campagne (Lanaudière), j'ai dû y subir le tapage des quads. Puis j'ai quitté la campagne pour m'installer à Québec dont on vantait tellement la qualité de vie, mais ce fut pire : les circuits d'autobus, les voitures à silencieux modifiés, les gros Harley (motos) se font ici la relève pour ne jamais laisser de répit.

Pratiquant l'entrainement à vélo sur route, j'ai cru qu'en m'évadant de cette manière dans la campagne autour de Québec, ça allait être plus «civilisé» que dans Lanaudière. Mais je me suis lourdement trompé. J'y ai retrouvé les mêmes caves qui s'amusent aux dépens d'autrui en quads pétaradants.

Comme bien d'autres, je suis stupéfait du laxisme de la société face à ce problème de santé publique. En effet, combien de dépressions le bruit excessif, harcelant, cela entraine-t-il ? Et l'absentéisme au travail dû au stress et à la fatigue, on y pense ?
Finalement, si moi je circulais à vélo avec un porte-voix en criant des VROUM-VROUM à tue-tête, je suis certain que j'aurais rapidement des ennuis ; alors pourquoi tolère-t-on des gens dangereux qui font le même bruit avec un véhicule motorisé ?

Cela dit, je souhaite bon succès au RQCB.

Bonne journée !

Claude Pelletier, Les Saules, Québec - juillet 2011

LE BRUIT M'AGRESSE


Je suis professeur à la retraite de l¹Université de Montréal, Faculté des sciences de l¹éducation.

J¹ai découvert votre existence aujourd¹hui en parcourant la dernière livraison de Protégez-vous (août 2011). Le bruit m¹agresse particulièrement en deux moments. D¹abord, les motos-marines et les «cigarette-boats» qui se comportent sur la Rivière des Prairies comme s¹ils étaient aux régates de Valleyfield. Ensuite le bruit trop élevé dans les salles de spectacle. Je suis amateur de danse contemporaine et j¹assiste à de nombreux spectacles à l¹Agora de la danse, à Tangente, à la PDA (série Danse-danse) et je suis ahuri d¹assister à de trop nombreux spectacle où le son devient irritant, cela même si je coupe mes aides auditives ! Oui, car je suis légèrement malentendant et je porte des aides. Or, il est rare que je puisse assister à un spectacle de danse sans devoir fermer mes aides auditives ; même dans ce cas, avec les aides fermées, il arrive souvent que le son soit excessif, avec vibration du plancher et des bras du fauteuil où je suis assis ! Et ce sont des spectacles de danse, non pas des soirées en discothèque !

Serait-il parfois possible de louer un appareil de mesure du bruit afin de faire prendre conscience aux organisateurs de spectacle des agressions au système auditif que provoque le niveau sonore de ce qu¹ils appellent la musique ou la bande son des spectacles ? J¹aimerais aider à rendre les salles de spectacles plus agréables à fréquenter et moins dommageables pour
la santé.

Jean-Marie VAN der MAREN, Laval, Qc  -juillet 2011

 

"CIGARE BOATS" SUR LA RIVIÈRE DES OUTAOUAIS


J'ai entendu parler de vous sur votre site internet en faisant une recherche au sujet des bateaux à moteurs très bruyants.

J'ai une propriété sur la rive de la rivière des Outaouais et de grands bateaux, genre cigare boats, passent régulièrement en face de ma demeure et font un épouvantable bruit assourdissant audible à 1 km. Pourtant, certains parmi eux, du même type, passent sans nous incommoder par leur bruit ; c'est donc possible. Il faut croire que beaucoup d'entre eux ont modifié l'échappement de leur moteur; pour se sentir puissants.
Je désire m'inscrire à votre liste d'adhérents.

Roland Cousineau, Fassett, Qc - 27 août 2011

promotion des droits des citoyens accablés par le bruit excessif.


LE BRUIT EXCESSIF

J'ai entendu parler de vous par des articles dans l'Actualité médicale et dans La Presse. Les nuisances sonores qui m'irritent le plus, ce sont les motos à échappements modifiés et les «speed-boats» sur le Saint-Laurent Je propose ma participation à titre de collaborateur dans la promotion des droits des citoyens accablés par le bruit excessif.

Laurent Godbout, médecin de famille, Trois-Rivières, Qc - 10 oct. 2011

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2010

QUEL BONHEUR

J'ai découvert l'existence du regroupement à la télé hier, et quel bonheur d'apprendre que je n'étais pas seule à me sentir agressée par les bruits inutiles.

Je ne pourrais vous dire combien de fois j'ai payé pour voir un spectacle et que je suis sortie exaspérée et frustrée. Il m'est arrivé récemment de me lever comme une balle et de signaler aux organisateurs que je n'étais pas venue pour me faire casser les oreilles.

Je veux adhérer à votre cause qui est aussi la mienne.

Merci d'exister et au plaisir,

Louise Richard, Havelock, Qc - 20 mars 2010

DEMANDE D'ADHÉSION

J'ai découvert le Regroupement en lisant un article il y a de cela deux ans, je crois, dans Le Devoir ( si ma mémoire ne me fait pas défaut ! ).

Je me sens interpellée par l'enjeu du bruit excessif dans notre société et je suis convaincue qu'il est néfaste à plusieurs égards.

Dans le contexte où je partage les préoccupations du RQCB, je suis heureuse d'adhérer au Regroupement afin d'appuyer ses interventions.

Annie Labranche, Île d'Orléans, Qc - 24 mars 2010

EN ÉCOUTANT UNE CHRONIQUE DE JOSÉE BLANCHET


J'entends à l'instant une chronique de madame Josée Blanchet, s'adressant à monsieur Jacques Languirand concernant le Regroupement québécois contre le bruit. J'ai rapidement consulté votre site et je réponds à l'invitation que j'y ai trouvée. Je demande mon inscription au Regroupement.

St-Félicien est une petite ville charmante et propre, somme toute relativement tranquille, mais qui n'est pas exempte de pollution sonore.
Nous avons notre lot de motocyclistes en mal de "reconnaissance", de motoneigistes urbains circulant dans les rues des quartiers résidentiels, de freins moteur utilisés sans aucune nécessité ni utilité (sachant que la plus haute dénivellation perceptible que peut rencontrer un fardier qui traverse la ville n'excède pas 30 pieds), et d'embarcations moteur sur la belle Ashuapmouchouan, qu'on pourrait croire créée pour la seule pratique de la voile ou de l'aviron tant elle offre, en aval du pont, un cours doux et plat.
Je passe sous silence certaines usines un tantinet sonores.
Je tenterai de me tenir au courant de votre action. Merci de votre attention. Comptez sur mon appui.

Luc Bergeron, St-Félicien, Qc - 24 mars 2010

Il Y A DES DÉCENNIES...

Chers amis,
C'est avec la plus grande joie que je vous ai découverts à Radio-Canada ce midi. Il y a des décennies que je prêche (dans le désert...) contre le bruit inutile et agressant.
Je serais heureux de participer à votre mouvement dans la mesure de mes moyens. Je vous dis bravo et continuez votre bon et nécessaire travail.

Jean Chatillon, compositeur classique et québécois Bécancour - 26 avril 2010

--

NOTE DU RQCB. Monsieur Chatillon fait référence à l'émission Maisonneuve en direct qui ce jour-là s'intitulait "Le retour du beau temps...et du bruit." Patrick Leclerc faisait partie des personnes interviewées. On peut écouter l'émission en utilisant le lien suivant.

http://www.radio-canada.ca/emissions/maisonneuve_en_direct/2009-2010/chronique.asp?idChronique=109575

BRUIT NO. 1

Le bruit numéro un pour moi est celui des motos.
Étant un cycliste, je les côtoie toutes les fins de semaines et ils me rendent fou !

Il est temps que le gouvernement impose des amendes substantielles et surtout qu'il enlève des points de démérite à ces individus.

Depuis au moins deux ans que je n'ai vu de policier agir pour ca, je ne blâme pas les policiers car avec des amendes ridicules de $150 pour des gens qui possèdent des motos qui valent une fortune c'est carrément une perte de temps pour eux, les motocyclistes appellent ça candidement une taxe d'amusement lorsqu'ils se font épingler et ce n'est surtout pas cette petite amende qui peut les déranger.

On pourrait parler aussi des autos modifiées, des speed boat, des VTT, des motoneiges, des motocross, des tondeuses à gazon le samedi-dimanche soir à l'heure du souper, des thermopompes, etc.

Merci

Jean Poliquin, Bécancour, Qc - avril 2010

INTOLÉRABLE

Bonjour,

Veuillez m'ajouter à votre liste d'adhérents. J'ai surtout un problème au niveau du bruit des motocyclettes, j'habite en campagne pour la quiétude et le bruit des Harleys modifiées qui défilent continuellement devant chez moi est intolérable.

Jean-Martin Lapointe, St-Joseph du lac, Qc - 26 avril 2010

UN PHÉNOMÈNE DE SOCIÉTÉ
 
Voici les nuisances sonores qui m'irritent le plus. La "musique" après 22-23h dans les bars qui ne sont pas des discothèques où l'on peine à distinguer une note. Les silencieux qui ne sont pas en normes et de loin. Les baladeurs numériques bruyants Les motoneiges et les quads de ma ville natale (Roberval) au Lac-St-Jean qui circulent partout dans la ville même. Lorsque une moto a interrompu une conversation extérieure je me suis mis à rechercher sur internet des gens partageant cette très rare impression que l'on doit entreprendre quelque chose avec courage pour que cela cesse.
Je vous suis reconnaissant d'exister et de montrer un intérêt sérieux à démontrer et dénoncer toute l'ampleur de ce qui semble devenir un phénomène de société. Je souhaite m'impliquer activement en plus de vous soutenir.

Dave  Tremblay, étudiant, Montréal , Qc - 29 mai 2010

LES SUR-AMPLIFICATEURS D'AUTO

Inscrivez-moi comme adhérent, je vous prie.
Nuisances sonores qui m'irritent le plus : les silencieux (qui n'en sont pas du tout) et les sur-amplificateurs d'auto, contre lesquels je me bats sans succès depuis 2003. De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB : par Internet, ce matin-même.

Pierre Bédard, Québec, Qc - 31 mai 2010

DÉFENDRE NOTRE QUIÉTUDE

Inscrivez-moi comme adhérente. Les nuisances sonores qui m'irritent le plus, ce sont les motoneiges et les motomarines sur la belle rivière de Batiscan. Également les motocyclettes et, surtout, la musique trop forte qu'on nous impose dans les restaurants et les commerces. De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB : Radio-Canada. Oui, je suis prête à m'impliquer pour défendre notre quiétude.

Chantale Labossiere, Ste-Geneviève-de-Batiscan, Qc - 18 juin 2010

 

ADHÉSION


La liste serait longue si j'avais à énumérer les agressions que je dois subir ici par les différents bruits. En voici quelques uns : les camions qui reculent, les "shows" de la Ville de Québec pour la vendre aux touristes, le Stade municipal et sa foule en délire, le débile qui fait "péter" son moteur de moto, le voisin qui ne sait plus utiliser un balai pour
nettoyer sa cour et qui le fait avec un aspirateur commercial, la radio médiocre Rock détente que même on entend dans le transporteur Orléans Express et dans la plupart des autobus de
la ville, et j'en passe et j'en passe...le silence menacé partout, toutes choses que vous savez déjà. Je désire faire partie de votre regroupement dans la lutte contre le bruit.

Anne Paré, Québec, Qc - 7 août 2010

APPUI EN LIGNE

J'ai fait le recherche sur internet en me disant que je pouvait pas être le seul affecté par le bruit.

Premièrement tous les bruits excessifs et inutiles m'agressent, mais ceux qui m'irritent le plus sont ceux produits par les véhicules motorisés à silencieux modifiés ou inefficaces et ceux
causés par ces « discos-mobiles » qui imposent à tous ceux qui sont sur leurs passages
leurs préférences sonores et «musicales», que se soit en ville ou en campagne.

C'est inquiétant de constater à quel point, les îlots de calme et de silence semblent être en voie de disparition.


Ghislain Sirois, L'Ancienne-Lorette, Qc - 23 août 10

ISOLDE LAGACÉ, DIRECTRICE DE LA FONDATION ARTE MUSICA, membre du RQCB


Les 68 Quatuors de Haydn par 33 ensembles


" Je veux devenir membre de votre association. Les nuisances sonores qui m'irritent particulièrement : la musique forte avec basses agressantes, où que ce soit (dans la rue, dans un appartement à côté de chez moi), les bateaux à moteur l'été sur les beaux lac du Québec.... la musique dans les restaurants, les moteurs non coupés d'autos stationnées sur la rue qui tournent, tournent durant 5, 10 15 20 minutes... "

Isolde Lagacé (jusqu'en 2007 directrice du Conservatoire de musique de Montréal ), Montréal, Qc - octobre 2010

POUR UN ENVIRONNEMENT VIABLE ET HUMAIN - VALLEYFIELD

J'ai découvert votre regroupement par l'intermédiaire d'un article dans le journal local Saint-François de l'édition du mercredi 27 octobre dernier écrit par Micheline Comte et Gérald Aubry, intitulé "Agressés par le bruit". À la fin de l'article ils nous invitaient à visiter le site...Voilà.

Souhaitant joindre un groupe dynamique qui saura faire la différence, je nous souhaite un environnement viable et "humain".

Danielle Daigle, Valleyfield – octobre 2010

VTT, MOTOCROSS, MOTONEIGES - PONTIAC

C'est en visionnant le reportage sur le bruit de l'émission La Vie en Vert (site internet Télé-Québec) que j'ai pris connaissance de l'existence de votre site.
Je demeure en milieu semi-rural, à proximité de la ville de Gatineau, et à 1000 pieds à peine de la rivière des Outaouais. Les bruits qui m'irritent le plus sont ceux produits par les VTT et les motocross, les motoneiges qui empruntent sans autorisation les chemins municipaux pour accéder à la rivière. Certains voisins qui font moult tours de pistes en VTT ou motoneige sur un terrain d'à peine un acre et qui autorisent leurs enfants ou petits-enfants à faire de même. Et je ne parle même pas l'emprunt de la route 148 pour avoir accès à des terres privées pour la pratique de leur « sport ».

J'allais oublier une plaie encore plus néfaste pour nos tympans, soit les voitures modifiées qui sont malheureusement légion de nos jours.

Marie-Claude Pineau, Pontiac - novembre 2010

JE DÉSIRE ME JOINDRE À VOUS - L'Isle-Verte

Il y a quelques jours, j'ai découvert votre site Internet et l'existence de votre association... dont j'étais une sympathisante sans le savoir. Merci d'exister et de fournir autant d'information utile.

Présentement, je commence des démarches pour obtenir une réduction d'émissions de bruit par une industrie de mon voisinage.

Quand j'aurai résolu ces problèmes locaux, j'aimerais bien donner un coup de main au Regroupement, d'une façon ou d'une autre.

  D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours détesté le bruit et je considère comme un manque de respect absolument déplorable toute forme de dérogation aux règles de bon voisinage (surtout dans les environnements de campagne ou de nature sauvage où on se réfugie en croyant qu'on y aura la paix) et l'habitude qui se répand de faire entendre de la musique (ou, pire encore, la radio) en bruit de fond tout le temps et partout... dans les commerces notamment mais aussi à la télé dans des capsules de nouvelles brèves, par exemple.

Au fil de mes activités quotidiennes, je pose régulièrement de petits gestes pour inciter les gens à faire moins de bruit, ou à apprécier et adopter le silence dans certaines occasions et environnements.

Merci,

Cécile D'Amour, L'Isle-Verte, Qc - 26 nov. 10

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2009

JE SOUHAITE ADHÉRER

Je souhaite adhérer à votre regroupement :

Les bruits qui m'irritent le plus :
- La musique que certains commerçants nous imposent au-delà des limites de leur commerce, voire sur le trottoir et dans la rue, en plaçant un haut-parleur dehors
- Les boums-boums en provenance des voitures dans lesquelles la musique est si forte que le sol en tremble et tout mon appartement en vibre.
- Les bips qui servent à indiquer aux propriétaires de voitures que les portes sont verouillées et les systèmes d'alarmes qui déclenchent à tout moment et qui ne fait réagir personne.
- Les motos (Harleys) qui pétaradent outrageusement.
- Les voisins de camping ou de ville qui pensent que tout le monde apprécie leur musique.
- Etc.

Merci !

Geneviève Taillon, Québec, Qc - 29 janvier 2009

ENGINS TOXIQUES SUR LE ST-lAURENT


J'habite au bord du St-Laurent. Les bruits les plus agressants sont ceux des cigarette-boats ( speedboats), suivis par les motomarines. Il n'y aucun
contrôle de police (pas de police) sur ces engins. Je comprends que l'on veuille profiter du fleuve, mais pas en enlevant les silencieux et les reniflards (filtres à air), ce qui empoisonne la vie des riverains .

Paul Lavallée, Verchères, Qc - devenu adhérent le 18 février 2009

NOUVELLE SYMPATHISANTE DE MONTRÉAL

Appui en ligne :

Nuisances sonores qui m'irritent le plus : Les voitures bruyantes, les motocyclettes qui pétaradent, la musique excessivement forte. De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB : Par un blogue que je lis régulièrement.

Ginette, nouvelle sympathisante montréalaise - 26 mars 2009

DE LA-BOSTONNAIS

Nuisances sonores qui m'irritent le plus : Les loisirs motorisés (quads, motoneiges et autres véhicules rampants qui prolifèrent partout sans restriction). Il nous faut une législation beaucoup plus rigoureuse et efficace.

Jean, nouveau sympathisant de La-Bostonnais (agglomération de La Tuque) - 10 avril 2009

LES "AMPLI" D'AUTOS À LAVAL

Le bruit dans le secteur de Laval ou j'habite est infernal avec ces ampli d'autos. Été comme hiver au bord de l'eau les gens stationnent 4 ou 5 voitures et ouvrent le son au maximum. Et de plus, sur la rue parallèle à ma résidence, des autos se stationnent et les gens ouvrent le radio a pleine capacité et passent des heures a nous harceler !!!

Ce que je ne comprends pas c'est que la ville de Deux-Montagnes se trouve de l'autre coté de la rivière et après avoir subi du bruit infernal venant de Deux-Montagnes, j'ai logé une plaine et pouf, 15 minutes plus tard plus rien. À Laval, nous n'avons pas ce même respect des gens car les policiers ne font rien. Est-ce que certaines municipalités ont des règlements contre le bruit supérieur a un certain nombre de décibels ? Cela me fait un bien énorme d'en parler.
Mettez mon nom sur la liste svp:

Carmelle Pelletier, Laval, Qc - 20 avril 2009

J'AI ENTENDU PARLER DU RQCB DANS LA REVUE QUÉBEC SCIENCE

Appui en ligne
---------------
Les nuisances sonores qui m'irritent le plus sont les suivantes : les motocyclettes, les voitures avec échappement modifié, les méga systèmes de son de voiture, la musique exagérément forte des voisins.
De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB: Dans la revue Québec Science

Jean-François Marsolais , Québec - 26 avril 2009

AVEC ENTHOUSIASME

Je me joins avec enthousiasme au Regroupement contre le bruit. J'habite à Saint-Marc-sur-Richelieu, sur la rive de la rivière. La fin du printemps, l'été et une bonne partie de l'automne sont un enfer : bateaux, motomarines, motos, hydravions, nommez-les... nous assourdissent.
J'ai entendu parler du regroupement en lisant le numéro de Québec Science sur le bruit.

Michel Pichet, Saint-Marc-sur-Richelieu - 5 mai 2009

ADHÉSION EN LIGNE

Voici les nuisances sonores que je déplore le plus : les voitures et leurs mauvais silencieux, leurs systèmes d'alarme qui se déclenchent tout seuls, leurs systèmes de fermeture automatique des portes à base de klaxon, etc ; les motos ; les camions ; la musique à tue-tête dans les magasins, les cafés, les restos.

Caroline Pilon, médecin résidente , Montréal, Qc - 15 mai 09

AU REGROUPEMENT QUÉBÉCOIS CONTRE LE BRUIT

J'adhère à vos objectifs de lutte contre le bruit ambiant.
J'ai appris l'existence de votre regroupement par l'article de Josée Blanchette dans Le Devoir de vendredi 15 mai. Je lis mon journal via l'Internet puisque je travaille en ce moment à University of Western Australia en Australie de l'Ouest (partie de mon congé sabbatique universitaire).

Bien à vous,

Pierre Legendre, Département de sciences biologiques, Université de Montréal, Montréal, (Outremont), Qc - 16 mai 09

COURSES DE STOCK-CARS À GRANBY

Au nom de tous les citoyens des rues Forant, Janine, Willis, Laurent, etc. qui regroupent plus de 250 propriétés, du quartier no 5 de la Ville de Granby, nous Gilbert Comtois et Diane St-Jacques, nous voudrions nous joindre à votre mouvement contre le bruit, afin que des représentations soient faites auprès du ministère de l'environnement du Québec, pour légiférer en faveur d'un règlement provincial contre le bruit. Dans notre cas, il s'agit d'un bruit infernal de plus de 75 à 80 décibels causé par un autodrome, qui tous les vendredis soir de 18h30 à 23h30 présente des courses de stock-cars.

Cela nous oblige à nous enfermer dans nos résidences, en prenant soin d'y fermer toutes les fenêtres, car toute conversation extérieure est impossible.

Merci de votre collaboration

Gilbert comtois et Diane St-Jacques, Granby - 22 mai 2009

---

NOTE DU RQCB : Un paragraphe au sujet du problème vécu par ces gens peut être consulté dans notre section RQCB-RÉGIONS.

POUR L'ÉCOLOGIE SONORE

Ce qui m'irrite le plus, c'est tout ce qui vient anormalement augmenter le bruit urbain normal acceptable, sans qu'il y ait une véritable raison : musique forte dans magasins, sonorisation forte et mauvaise du moindre concert dans la rue ou dans un parc ou même souvent au cinéma ; les particuliers qui font nettoyer les feuilles de leur jardin au moteur bruyant et polluant alors qu'un râteau va aussi vite; de plus, l'abus des écouteurs va donner lieu selon moi à un réel problème de santé publique à moyen terme.
Je pratique la musique, j'aime danser au son de la musique. Je ne suis pas une aficionado du silence que j'apprécie parfois. Mais, je réprouve fortement la mauvaise qualité et l'exagération partout du son ambiant qui empirent avec les années et je serais heureuse d'être membre d'un organisme qui mettrait en avant des alternatives de meilleure qualité, qui ferait la promotion d'une sorte d'écologie du son, qui
s'associerait par exemple à un Festival du genre Sans Fil ni courant, comme il y a en Belgique voir le site
http://www.polyfolies.be/sans-fil-ni-courant/festival-sans-fil-ni-courant-au-Parc-de-Bruxelles-2009.html

Merci pour votre attention.


Madame Van Hoof, Outremont, nouvelle sympathisante du RQCB - 6 juin 2009

 

SUPPORT CONTRE LE BRUIT

Bonjour,
 
J'ai lu l'article dans la Presse de cette fin de semaine (8 août 2009) et je suis agressé depuis longtemps par le bruit, en ville et à la campagne.  Je supporte donc vos actions.
 
Pierre Bouchard, ingénieur, Montréal - août 2009

---

NOTE DU RQCB : Ce nouvel adhérent fait référence à trois articles d'Éric Clément sur la pollution sonore, à savoir "Des citoyens en ont marre du bruit" et "Des sons qui voyagent loin" et "Prendre la mesure sonore d'un événement." Nos visiteurs peuvent lire ces derniers en cliquant sur les liens suivants.


http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/200908/07/01-890745-des-citoyens-en-ont-marre-du-bruit.php

http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/200908/08/01-890773-des-sons-qui-voyagent-loin.php

http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/200908/08/01-890780-prendre-la-mesure-sonore-dun-evenement.php

BON SUCCÈS

Nous aimerions que nos noms soient ajoutés à votre liste d'adhérents.

Merci et bonne chance à nous tous dans le succès de ce mouvement.

Francine Gagnon et Jacques Ringuet, Mascouche Qc - 18 août 09

MERCI MILLE FOIS

M. P. Leclerc,

Merci, merci mille fois d'exister et d'avoir eu cette extraordinaire initiative qu'est votre organisme.

Je suis une victime du bruit excessif dans la belle localité de Sainte-Anne-des-Lacs (voisin de St-Sauveur) dans les Laurentides. Je m'apprête à mettre sur pied un comité de citoyens pour protester auprès de notre municipalité afin qu'elle règlemente le passage presque continu de camions lourds sur le chemin SADL. Le bruit est intolérable et constitue selon moi une violation au droit à la paix des citoyens demeurant à proximité de cet artère qui constitue le seul point de raccord du village de SADL avec l'autoroute 15.

Nous prévoyons une longue lutte et nous aurons besoin de support. C'est pouquoi j'applaudis à votre initiative et désire devenir membre de votre association, le cas échéant d'y participer.

Pierre Amesse, Ste-Anne-des-Lacs, Qc - 18 août 09

DISCOTHÈQUES MOBILES

" On s'est attaqué avec succès à la fumée secondaire. Quand nous attaquerons-nous à la pollution par le bruit ? Il n'y a rien de plus désagréable que d'être coincé dans un bouchon de circulation ou en attente d'un feu vert à côté d'un automobiliste qui partage sa musique forte aux sons « distortionnés ». Même les vitres fermées, les autres automobilistes ne peuvent se détendre en écoutant leur musique à un niveau sonore normal. Ils doivent subir cette pollution sonore souvent antisociale. Lorsqu'un voisin dérange, il est possible de lui demander un peu de collaboration ou, si nécessaire, de se plaindre pour nuisance publique. Mais quel recours avons-nous contre ces « discothèques mobiles » ? "

Bernard Benoît, Salaberry-de-Valleyfield - 28 août 09

--

NOTE DU RQCB : La lettre qu'on vient de lire a été publiée dans la section Forum du journal La Presse le 28 août 2009. Son auteur ne connaissait pas notre existence à ce moment-là . Il fait maintenant partie de nos sympathisants.


NOUVEL ADHÉRENT

J'ai entendu parler de votre organisation via une entrevue à la radio.  J'ai été très attentif à cette émission de radio car je suis horrifié d'entendre motos et autos modifiées illégalement qui polluent mon environnement en toute impunité.

Merci de votre action !

Denis St-Onge, St-Jérôme, Qc - 31 août 09

ÉDUQUER LES GENS...

Les nuisances sonores qui m'irritent le plus sont les décibels trop élevés dans la majorité des salles de spectacle et dans les salles de cinéma et la musique de plus en plus compressée qui passe à la radio. Également, mon voisin qui écoute des films avec son tout nouveau cinéma maison ultra performant (surtout dans les basses fréquences). En éducation, les salles de classe et les locaux dans les Centres de la Petite Enfance (CPE) mal insonorisés et favorisant la propagation et l'amplification du bruit.

Je crois essentiel d'éduquer les gens et surtout les jeunes qui seront les plus touchés par le bruit et la détérioration de leur ouïe.

Joanne Lessard, Montréal, Qc - 31 août 09

NEW MEMBER

(Note du RQCB : Voici les nuisances sonores qui irritent le plus Mme Tuck au moment de devenir membre du RQCB)

Loud cars & motorcycles with "special" exhausts as described on this wonderful website;  the deliberate squealing tires;  loud voices in the street late at night;  leaf blowers;  use of cellphones in public places like restaurants, public transport (only because for some reason people often talk louder on cellphones than they do in normal conversation.

I did a Google search on "Quebec noise laws" and found this site.  Thank you for this site and this citizens  movement and for all the useful information on this site.  I have just moved to a new area and, having read the information on illegal exhaust systems in cars & motorcycles, I am going to start complaining regularly to our local police.

Daphne Tuck, Lachine, Qc - 9 sept. 09

CHRYSTINE BROUILLET, LA ROMANCIÈRE, MEMBRE DU RQCB

C'est un ami qui m'a parlé de votre regroupement et je suis heureuse d'ajouter mon nom à la liste des membres.

Je ne m'élève pas contre un bruit en particulier mais contre le manque de courtoisie élémentaire, l'égoïsme des gens  qui ne semblent pas gênés d'ennuyer leurs voisins avec leur musique (caisses de son à l'extérieur). Je pense aux conducteurs qui mettent le volume à fond dans leur voiture,  passant sous les fenêtres d'une maman qui peine à endormir son bébé, qui réveillent les habitants d'un quartier sans aucun embarras. Je trouve à ce point déplacée cette attitude que j'ai écrit un roman policier «Silence de mort» (éd. Courte échelle) où un voisin finit par tuer une femme irrespectueuse... Bien sûr, je n'en arriverai pas à cela (ouf!) mais ce roman m'a permis de dénoncer, en faisant sa promotion l'an dernier, les problèmes qui peuvent survenir par la nuisance sonore.
J'ai parlé des ennuis de santé, de l'ignorance des jeunes avec leurs Ipod, etc. J'espère avoir apporté ma légère contribution à cette cause qui nous tient tous à coeur.

Chrystine Brouillet - Montréal, Qc - 9 sept. 09

JACQUES LANGUIRAND, ÉGALEMENT...

NOTE DU RQCB : Jacques Languirand s'est joint à nous au cours de la première année de notre existence. L'invitation est lancée, faites de même !

Voici ce que l'animateur bien connu de l'émission Par quatre chemins nous écrivait au moment de son adhésion.

"NON au bruit.

SVP ajoutez à votre liste nos noms.
 Les bruits qui nous dérangent le plus sont : le bruit strident fait par les véhicules qui reculent ; le bruit fait par les équipements de la Ville (entre autres : véhicules qui nettoient la rue 2 fois par semaine, à 7 heures du matin, alors que nous vivons dans un quartier très propre - une fois suffirait -; le bruit des camions hors proportion ; le bruit volontaire fait par ces avions qui traînent des banderoles publicitaires dans le ciel (Gabriel Mazda, etc.) ; les systèmes d'alarme sur les voitures ; le bruit fait par les thermopompes des voisins ; le bruit fait par l'air climatisé bruyant des édifices à appartements."


Jacques Languirand, O.C., C.Q. et Nicole Dumais
Productions Minos, Montréal, Qc

LES SUBWOOFERS D'AUTOMOBILES, LE PIRE SELON MOI...

Voici les nuisances sonores qui m'irritent le plus. Le son inutile de certains automobilistes : les subwoofers (le pire selon moi), les crissements de pneu, les échappements modifiés, les klaxons sans raison valable (on doit l'utiliser seulement pour éviter un accident) En matière de "loisirs" : les motocross, les pétards à mèches (c'est pas interdit ici ?), les feux d'artifices (il existe pourtant des feux d'artifices tout aussi beaux mais moins bruyants).
Et ceux qui prennent le transport en commun et dont j'entends la musique de leur lecteur MP3 même si je suis à 6 bancs de distance !
Je rêve au jour où je pourrai vivre dans une ville où on se sent calme.

Michel Blanchet, 34 ans, Brossard, Qc - 25 sept. 2009

TÉMOIGNAGES ANNÉE 2008

QUADS ET MINI-QUADS

Bonjour,

Il me fait plaisir de me joindre à vous.  Ma raison principale est le bruit des quads et aussi des mini-quads que les parents achètent à leurs enfants.  Pour moi c'est incompréhensible !

J'ai lu un article dans Espaces guide hiver 2008.

Eric Leblanc, Ste-Perpétue de L'Islet, Qc - Hiver 2008

 

SILENCIEUX MODIFIÉS ET MOTOS

Personnellement, je suis passablement dérangé par le bruit des véhicules automobiles avec des silencieux modifiés de même que des motos à très haute révolution du moteur. Je recherche depuis assez longtemps des façons d'intervenir. Par conséquent, mon premier geste sera de me joindre à votre regroupement.

Je félicite Patrick Leclerc, en passant, pour son article dans le Devoir d'aujourd'hui sur le bruit des motoneiges dans les parcs provinciaux du Québec.

Pascal Grenier, Québec, Qc -

BRAVO POUR VOTRE INITIATIVE

Quel plaisir de voir enfin les gens s'organiser autour du "non bruit", et bravo au Magazine Espaces Hiver 2008 par lequel nous avons appris votre existence. Depuis le temps que cela nous agace.... il s'agit tout à fait, comme vous l'indiquez, d'une agression psychopsychologique.  Merci de nous fournir, à travers votre site, des données qui peuvent nous permettre d'argumenter et d'agir à ce sujet. Également formidable d'indiquer les endroits déconseillés et les lieux de quiétude, rien de tel pour faire pression ! Je vais me faire un plaisir de faire circuler l'adresse de votre site.
Je tiens pour ma part à féliciter ceux qui optent pour "l'huile de bras" plutôt que les moteurs bruyants lorsqu'il s'agit de tondre leur pelouse ...Je vous suggère d'ajouter des suggestions à ce sujet sur votre site. Ainsi par exemple, Rona offre la tondeuse manuelle et la tondeuse rechargeable, toutes les deux apparemment silencieuses, en plus de la tondeuse électrique et celle à essence. Invitation à concitoyens à préférer les plus silencieuses.
( http://www.rona.ca/contenu/tondeuse_accessoires-outils-livres_horticulture )

Clin d'oeil aussi aux médias: qu'est-ce qu'ils attendent pour accorder plus de place à ce genre de sujet et en faire des dossiers de fond?

Svp m'inscrire à votre liste d'adhérents.

Diane Girard, Montréal, Qc - Hiver 2008

 

LE BRUIT À L'ÉCOLE, LE BRUIT DANS TA VIE.

Bonjour à Patrick Leclerc,

C'est avec plaisir et intérêt que j'ai lu votre article LA TYRANNIE DU VACARME dans la revue Espaces. De même que je suis aller visiter votre site.

À Montréal, je suis éducateur physique au primaire, en gymnase on connaît le bruit.  Il s'adonne que je prépare un projet intitulé LE BRUIT À L'ÉCOLE, LE BRUIT DANS TA VIE.  En février, j'aimerais vous rencontrer pour vous faire part du projet et l'alimenter avec vous.  Des actions possibles sur les 280 jeunes de l'école, nos futurs citoyens.

Guy Patenaude, Montréal, Qc - Hiver 2008

RESPECTER NOTRE ENVIRONNEMENT

La peur du silence est une des maladies de notre culture occidentale, qui prône le plaisir motorisé égocentrique sous prétexte de liberté individuelle. Personnellement, je vis tous ces bruits agressants comme un empiètement sur mon espace intérieur. Comment se retrouver soi-même avec ces envahisseurs inconscients que sont les amateurs de motos pétaratandes et de motomarines, sans oublier le concert du week-end de tondeuses à moteur ?

Merci d'oser donner une voix à tous ceux qui décrient avec impuissance les sources inutiles de bruits. Je me suis fait un plaisir de mettre votre site dans mes liens sur mon site web consacré à la photographie de nature (www.michelbury.com), ma façon de promouvoir le respect de notre environnement, dont l'environnement sonore est indissociable.

Michel Bury, Montréal, Qc -

JE SUIS TRÈS CONTENT

Je suis très content de voir que je ne suis pas le seul qui a constaté la hausse constante du bruit depuis depuis quelques années. Ce phénomène est remarquable, et pas seulement sonore, mais aussi visuel et olfactif. Je possède un chalet à Péribonka au Lac St-Jean. À chaque été les nonomarines et les chaloupes se donnent en spectacle au grand déplaisir des amateurs de tranquillité. Et je ne parle pas de la vitesse (100km/h et plus) ainsi que des comportements dangereux comme: circuler à travers les baigneurs et les kayakistes et toujours dans un bruit infernal. Ici à Dolbeau-Mistassini, il n'est rare de voir des nononeigistes circuler en pleine ville, on semble avoir perdu le contrôle de la situation. Ici au Lac St-Jean il y a un sérieux coup de barre à donner pour calmer ceux qui font du bruit à outrance à n`importe quelle heure du jour et de la nuit.

Pour terminer, permettez moi de vous raconter un spectacle dérangeant et désolant dont j'ai été témoin à Val-Dor à l`été 2005. J'ai vu, entendu et senti une quarantaine de nonocyclistes (motos straight pipe) venir se stationner en face du café-terrasse où j'étais. C'était vraiment agressant,violent et surtout un triste spectacle.

Merci de me lire et de passer le message aux politiciens : ASSEZ C'EST ASSEZ !

Christian Pelchat, Dolbeau-Mistassini, Qc -

PARC NATIONAL DE LA MAURICIE

Fréquentant à certains moments des endroits naturels comme le parc de la Mauricie, nous sommes exaspérés du bruit de certaines motos puissantes ou modifiées. Récemment, cet automne dans un secteur sud du parc, le Lac à la Pêche, je devine que les hydravions qui y survolaient à tous les 10 minutes provenaient du Lac à la Tortue - lac qui, comme vous le savez, fait l'objet de plaintes de ses riverains contre le bruit excessif de ces hydravions.

Monique Dufresne et Jean-Pierre Beaudoin, Trois-Rivières, Qc -

---

NOTE DU RQCB : Nous en profitons pour demander aux adhérents et aux visiteurs de notre site d'appuyer les riverains du lac à la Tortue dans leur effort pour faire interdire ces hydravions commerciaux touristiques. Voir la manière de faire et ce que nous disons de ces terribles agressions sonores dans la section RQCB-RÉGIONS.

BOUFFÉE D'AIR FRAIS

Bonjour,

Découvrir votre site et le lire a été comme une bouffée d'air frais ! C'est Cyberpresse qui m'a fait découvrir votre site et j'en suis bien heureuse. Il y a longtemps que le bruit excessif m'irrite au plus haut niveau et je me sens souvent comme si j'étais la seule.

La voiture à elle seule est un gros problème ; des systèmes de son hyper-puissants dont la basse fait vibrer toute ma maison et ce lorsque le véhicule est à plusieurs blocs de chez moi, aux silencieux défectueux, ou pire encore, ceux qui sont modifiés pour être plus bruyants (un non-sens). Sans parler des scooters irritants qui ont un son très aigu, et qui sont souvent achetés par ou pour des jeunes qui s'en servent sans arrêt, les nouveaux autobus de la société de transport de l'Outaouais (STO) qui rugissent comme des gros dix-huit roues, les poids lourds qui sont beaucoup trop nombreux (qu'est-il arrivé au transport ferroviaire dans ce pays ?), les cellulaires qui sonnent partout, les tondeuses à gazon, les aspirateurs extérieurs, les "souffleurs" extérieurs qui en plus empestent et projettent les détritus aux alentours (un balai fait pas mal moins de bruit et de dommage).

Que faire pour se sauver de tout ça ? Aller à la campagne bien sur.... Hé bien non. Les amateurs de bruits aiment la campagne aussi ; ils y arrivent avec leurs gros bateaux, leurs 4 roues, leurs motos-marines (invention qui devrait être bannie complètement). Lorsqu'ils prennent une pause de leurs activités bruyantes et polluantes, ils sortent les hauts-parleurs dehors, face au lac, et imposent leur musique à tous.

Ouf, que ça m'a fait du bien !!!

Comptez-moi dans vos rangs.

Claudia Schiffo, Gatineau (secteur Hull), Qc -

CONTRE LE BRUIT / POUR LES GENS


Kway,

J'adhère à l'idée de combattre le bruit, source de stress qui nuit non seulement aux animaux, mais aussi à l'homme, un animal qui s'ignore.

Respectons la vie. Respectons les gens, les animaux, les arbres, les lacs et les rivières, etc.

Megwetch.

Gaétan Bouchard, métis, Trois-Rivières, Qc -

COMPTEZ-MOI IMMÉDIATEMENT PARMI VOS ADHÉRENTS

Cet été, mon épouse et moi avons fait l'acquisition d'un voilier de 26 pieds. Nous nous faisions une joie d'aller naviguer en tout quiétude sur le lac des Deux-Montagnes et sur la rivière des Outaouais. Nous pensions avoir la paix. Grossière erreur ! Les fins de semaine s'avérèrent particulièrement dérangeantes.. Ce ne sont pas les pêcheurs se dirigeant vers un petit coin de pêche avec des embarcations, ma foi, assez performantes, ou encore le grand papa qui fait un tour de ponton à sa petite fille qui causaient des désagréments épouvantables. Non, je parle de ces individus opérant des embarcations très puissantes qui se déplacent à des vitesses indues en provoquant un niveau sonore équivalant à un bombardier datant de la 2e guerre mondiale. Le niveau, l'intensité, la gamme des bruits créés par ces embarcations est tel que cela devient désagréable pour tous, les navigateurs paisibles comme les riverains. Est-il vraiment nécessaire que des embarcations de plaisance fassent un tel boucan pour avoir des performances ? J'en doute. Si on ajoute à cette sonorité le bruit des motocyclettes ayant des dispositifs d'échappement modifiés, l'environnement sonore vers les 15h00 par un beau samedi après-midi d'été devient intenable. Qu'attendent le législateur ou les forces de l'ordre pour agir ?


Léonard Marchand, St-Jérôme, Qc -

DÉCOURAGÉE PAR CE BRUIT INUTILE


J'ai visité votre site Internet par l'entremise d'une invitation de l'Université de Montréal à participer à une table ronde à l'Institut Goethe de Montréal. Je soutiens totalement la cause d'un monde plus silencieux ! Je suis une grande amateure de plein air, mais je vis en ville, et peu importe où je me trouve, je ne supporte pas le bruit (les avions en ville, les mufflers modifiés, les motos bruyantes et agressantes, les "skidoo", les seedoo, les bateaux à moteur sur les lacs ! Je suis découragée par tout ce bruit inutile ! Alors voilà, je suis avec vous !

Dominique Montminy, Montréal, Qc - Été 2008


NÉE SUR LA CÔTE DE TERREBONNE

J'ai entendu parler de votre regroupement par un ami, voisin de chez moi.
 
Je suis née sur la côte de Terrebonne. Il y a près de 40 ans, mes parents se sont établis dans ce secteur pour la tranquillité et la paix de cette "route de campagne". Des fermes et des écuries occupaient plusieurs lots de terrains. En chemin, nous devions souvent attendre la traverse d'un troupeau de vaches, beuglant tranquillement entre le pâturage et la grange.
 
Il y a 19 ans maintenant, j'ai acheté une vieille petite maison à deux avenues de chez mes parents, avec pour voisins de derrière, des chevaux. En buvant mon chocolat chaud sur le patio le samedi matin, ce sont les hennissements qui "dérangeaient" le silence du soleil levant.
 
Aujourd'hui, il ne reste qu'une toute petite ferme et des développements résidentiels ont envahi les espaces verts. Donc, beaucoup de trafic, en plus des "promeneux" du week-end qui déambulent sur cette belle route sinueuse, qui longe la rivière des Mille-IÎes. Conclusion: beaucoup beaucoup d'autos sport modifiées, de motos à silencieux "straight pipes" ou "50/50" et de "scooters".
 
Le comble depuis quelques années, la ville a installé un Arrêt au coin de ma rue. C'est comme si la quantité de bolides modifiés avait été quadruplée. Les arrêts et départs (compression et/ou changements de vitesse) sont beaucoup plus bruyants qu'un passage. À l'extérieur chez moi, il faut arrêter la discussion lorsqu'un tel véhicule fait sont arrêt. Nous ne pouvons pas ouvrir les fenêtres de façade et celles situées sur les côtés le sont à demi seulement. Même complètement fermées l'hiver, nous entendons ces silencieux. Notre unique consolation, c'est qu'ils sont plus rares dans la froide saison !
 
Voilà ! Merci.
 
Anouk Paquette, Terrebonne, Qc -

TÉMOIGNAGES REÇUS AU TOUT DÉBUT DE L'EXISTENCE DE NOTRE ASSOCIATION - EN 2007

L'URGENCE

Je tiens à vous dire combien je suis heureux que vous ayez lancé une initiative dont je sentais depuis longtemps l'urgence, sans avoir les aptitudes pour la déclencher moi-même. Considérez-moi d'ores et déjà comme un membre enthousiaste qui reprendra contact dès janvier et essaiera que son enthousiasme se transforme en action

Raymond Joly, Montréal, Qc - janvier 2007

LA BONNE NOUVELLE

Madame, Monsieur, J'ai presque envie de dire que vous me coupez l'herbe sous le pied ! Je songe en effet depuis plus d'un an à créer un site semblable au vôtre. Je me réjouis donc de votre initiative, vous félicite de votre courage et de votre détermination et vous remercie. J'aimerais faire partie de votre liste d'adhérents et vous promets des visites régulières. Je ferai aussi circuler la bonne nouvelle autour de moi.

Cordialement,

Érik Vigneault, Montréal, Qc - janvier 2007

EN LISANT LE DEVOIR

Bonjour. En lisant la rubrique «lettres» de l'édition du devoir du 16 décembre 06, nous avons appris avec joie et étonnement l'existence de votre regroupement. Mon épouse et moi sommes grandement intéressés à participer à votre regroupement car nous sommes aussi exaspérés de constater l'évolution constante des niveaux de bruits dans notre société et ce, dans tous les secteurs d'activités.

Daniel Leduc et Christiane Ste-Croix, Gaspé, Qc - - janvier 2007

MON ÉPOUSE ET MOI

Mon épouse s'associe à moi pour appuyer sans réserve et avec enthousiasme le " Regroupement québécois contre le bruit ". C'est une initiative qui nous réjouit car nous souffrons beaucoup du bruit envahissant qui semble combler le vide intérieur de bon nombre de personnes. FÉLICITATIONS !
C'est avec plaisir que j'applaudis à votre initiative et que j'ajoute nos noms à la liste de vos supporters.

Gérard Blouin et Lise Lachapelle, St-Joachim-de-Courval, (Drummondville), Qc - janvier 2007

J'AI PARCOURU VOTRE SITE...

Bonjour,

J'ai parcouru votre site avec bonheur.
Je suis très heureux de découvrir que des gens se regroupent pour lutter contre ce fléau absolu. Je souhaite ajouter mon nom à une première liste d'adhérents.

Louis Taschereau, avocat , Mont-Saint-Hilaire, Qc

LOUISE

Bonjour. J'aimerais m'inscrire sur la liste d'adhérents du Regroupement québécois contre le bruit. Je vous félicite pour cette initiative et encourage la poursuite et le développement de vos activités.

Louise Lapointe, Montréal, Qc

PLEASE, ADD ME...

Please add me to your list of those fed up with noise and the lack of political will power to enforce existing laws designed to control excessive noise. Thank you and good luck.


Pat Dolla, St.Lambert, Qc

CETTE PLAIE...

Ça fait des années que je souhaite qu'il y ait quelqu'un qui attire l'attention sur cette plaie qu'est le bruit partout. C'est donc avec empressement que j'ajoute mon nom à la liste de votre regroupement.

Jean-Marc Brousseau, Canton de Magog, Qc

IMMÉDIATEMENT

Bonjour,
Enfin ! Je vous appuie sans réserve !
Ajoutez-moi immédiatement à votre liste.

Pierre Lalonde, Montréal, Qc

SOUVENT INCOMMODÉS

Nous vous félicitons de votre initiative. Nous sommes très souvent incommodés par le bruit. Nous considérons aussi comme pollution sonore la musique imposée partout. Il est désormais quasi impossible de manger dans un restaurant, de visiter un magasin ou un bureau de dentiste, d'être mis en attente au téléphone sans avoir à subir la musique d'un poste de radio accompagnée de l'insignifiance du discours et de la publicité. Aller manger un repas en bonne compagnie pour se détendre engendre un début de mal de tête si ce n'est le complet et la conversation finit par dévier sur la voix criarde de la chanteuse ou les stupidités du discours entendu.
Bravo et continuez !

Maryse Doyer et André Belzile, Laval, Qc

À L'ÉMISSION MAISONNEUVE EN DIRECT

J'ai découvert l'existence du Regroupement québécois contre le bruit grâce à l'émission Maisonneuve en direct du 21 mai 2007, à la première chaîne de Radio-Canada. J'ai d'ailleurs pris la peine d'envoyer pour l'occasion un commentaire assez élaboré. Après avoir parcouru votre site web, je me déclare solidaire de tous vos objectifs et vous demande de m'inclure dans la liste de vos adhérents. En espérant que nous serons bientôt en nombre suffisant pour que les pollueurs sonores de tout acabit consentent enfin à nous écouter. Par exemple, je suis ressorti l'autre jour complètement assommé d'un cinéma Cineplex Odeon, sans même attendre la fin de la représentation, tant le volume de la bande sonore était élevé. Bien que le gérant du complexe multisalles concerné (StarCité) ait poliment entendu ma plainte, j'ai eu l'impression qu'il ne pouvait absolument rien faire, tout étant décidé par la haute direction. J'envoie copie de ce message avec votre adresse à quelques personnes qui sont également susceptibles de s'intéresser à cette cause.

Clément Fontaine, producteur discographique, Montréal, Qc - mai 2007

BRUIT DANS LES CINÉMAS

C'est en écoutant l'émission de Pierre Maisonneuve à Radio-Canada, aujourd'hui même, que j'ai découvert l'existence du RQCB. Je dis bravo à votre initiative et je désire être inscrite dans votre liste d'adhérents. Je n'ai pas encore pu lire toutes les pages de votre site mais je crois, à première vue, que le bruit dans les cinémas n'y est pas mentionné. Ne serait-il pas possible, dans notre monde, que l'on puisse aller voir des films sur grand écran sans se faire défoncer les tympans?...!!! En tant que musicienne-éducatrice, partout où je passerai, je répandrai la bonne nouvelle que vous existez!

Lorraine Raby, Sainte-Adèle, QC - 2007

(Note du RQCB : Madame Raby n'avait pas encore vu que dans notre section TINTAMARRE DANS LES COMMERCES, le problème des décibels dans les salles de cinéma est abordé. Effectivement, le volume que l'on y assène dans les oreilles des cinéphiles est proprement inacceptable !)

QUELLE INITIATIVE GÉNIALE

Je suis intéressée à adhérer à votre organisme.
Je demeure à St-Jean-de-Matha depuis 6 mois. Je me suis dirigée dans cette belle région de Lanaudière pour y trouver le calme, la quiétude et la paix. En arrière de chez moi, il y a une forêt et en arrière d'elle des champs. Je me fais envahir par le bruit des motoneiges, l'hiver et par les VTT et les motocross, les autres saisons. Si on ne peut trouver la tranquillité ici, où est-ce qu'on ira ? Rues Ste-Catherine, boul. René-Lévesque ?
   
  Peu importe, il ne s'agit que d'un exemple parmi tant d'autres....c'est pourquoi je m'intéresse à votre cause. Vous pouvez donc ajouter mon nom à la suite des autres.
   
  Lyse Beauchemin, St-Jean-de-Matha

 

UN SITE AMI - 11-06-07

Je vais demain communiquer l'adresse de votre site: nous ne pouvons être qu'amis !!!
À Rouen où je suis, je fais partie des Conseils de Quartiers qui viennent de réaliser une enquête sur le bruit et on a remis la semaine dernière un dossier de propositions pour agir contre le bruit. Dès qu'il sera public, je vous transmettrai ce dossier.
L'esprit de votre site peut nous inspirer...
Cordialement

Pagine, Rouen, France, 11-06-07
http://brrruitbarbarrre.hautetfort.com
 
ÉDUCATION PRÉCOCE

C'est avec satisfaction "sociale et environnementale" que je tiens à présenter mes félicitations à monsieur Patrick Leclerc pour la création du Regroupement québécois contre le bruit.
Et bravo au journaliste Louis-Gilles Francoeur qui exprime admirablement et ce, depuis fort longtemps et dans une langue impeccable, ses préoccupations d'ordre environnemental.
Voici mes premières suggestions :
la première est adressée aux parents : apprendre très tôt aux enfants de ne pas crier inutilement ; ceci fait partie des multiples tâches d'éducation ; la deuxième suggestion est adressée aux jeunes : les rendre conscients (je ne sais pas comment mais je présume que ce devrait être la tâche des parents !) de leur surdité future s'ils ne se protègent pas du bruit et les rendre conscients (je ne sais pas encore comment) qu'il y a des gens autour d'eux qui n'apprécient pas leurs bruits ! Enfin, la troisième suggestion est adressée aux commerçants des centres commerciaux : diminuer le son de leur "maudite" musique dans leurs boutique.

D'une internaute qui apprécie le silence à l'occasion,

Cécile Robitaille.

APPUI

J'appuie votre cause qui est de faire diminuer les bruits excessifs. J'ai pris connaissance de l'existence de votre regroupement par une annonce publicitaire parue dans le journal Le Devoir.
Les bruits excessifs qui m'irritent le plus sont ceux des motos, principalement des Harley-Davidson. Comment se fait-il que ces engins extrêmement bruyants aient le droit de circuler au Québec ? Quand j'achète une auto, dans le prix je paie pour avoir un silencieux efficace, par la suite je suis tenu et obligé de maintenir mon système de silencieux en bon état. Pourquoi les motos ont-elles le droit de polluer par le bruit ? D'où vient cette permission ou ce laxisme ?
Félicitations principalement à ceux qui ont démarré ce regroupement et à ceux qui l'appuient.

Jean-Guy Mailhot, Jonquière Qc -

BRAVO !

J'ai pris connaissance de l'information contenue à votre site. Je partage votre colère, j'apprécie vos commentaires et j'adhère à votre projet. Vous m'obligeriez en conséquence en ajoutant mon nom à votre liste d'adhérents. La qualité du site internet montre que ce n'est pas avant-hier que ceux qui sont à l'origine de cette initiative ont commencé à se préoccuper de ce fléau. Leur engagement semble contagieux.
Bravo!

Serge Brassard, Montréal, Qc -

LA PÉTARADE SANS FIN


C'est en lisant l'article de Clément Fontaine dans la Presse de samedi le 4 août dernier que nous avons constaté qu'un regroupement existait contre le bruit. Nous habitons les Laurentides depuis 20 ans et nous sommes témoins de l'augmentation du bruit de fond et de la dégradation de l'atmosphère en général. Il est impératif que l'ensemble de la société soit sensibilisé à ce problème et que la réglementation soir appliqué avec zèle.

Notre résidence est située à plus de 2 kilomètres de l'autoroute et de la route 117 et régulièrement nous sommes dérangés par les motos super sport, les voitures avec pot d'échappement modifié et les semi-remorques qui utilisent les freins moteurs.

De plus, l'hiver comme l'été, les VTT et motoneiges envahissent nos sentiers et dénaturent complètement la forêt. Merci et au plaisir de nous impliquer dans ce mouvement que nous trouvons indispensable.
S.V.P., ajoutez nos noms à votre liste d'adhérents

Brigitte Crevier et André Dupras, Prévost, Qc- août 2007


DANS L'ÎLE BIZARD

J'ai lu votre article dans La Presse de samedi (4 août 2007) et j'aimerais devenir membre du regroupement contre le bruit. Je demeure à l'Île Bizard et nous sommes connus pour notre célèbre circuit de course qui fait le tour de l'île (route municipale à deux voies limitée à 50 km/h).

Ce chemin ainsi que les rues avoisinantes fait le bonheur des conducteurs de voitures de courses, de motos et d'autres engins modifiés. On parle ici de
voitures licenciés qui n'adhèrent pas aux normes et règlements de la SAAQ et du code de la route. Pour eux ‘'licence et permis de conduire‘' veut dire
licence de course.

Le bruit est infernal à partir de 9-10 heures le soir et en abondance les fins de semaines. Il y a plusieurs parcs et donc de quoi s'approvisionner
pour se geler.
 
Il y a tellement de plaintes de vitesse que les rues sont décorées de dos d'ânes, de pots de fleurs et de barres verticales qui ne font qu'amuser tous
ces délinquants qui en profitent au lieu de les décourager.

Il faut faire pression sur le gouvernement actuel car les citoyens qui respectent l'environnement et la société deviennent de plus en plus malades
et à bout.

La nuit n'est que source de troubles de sommeil au lieu d'un temps de repos
bien mérité...

MERCI de vos efforts et CONTINUEZ"………


Suzanne Lajeunesse,L'Île Bizard, Qc - août 2007

ADHÉSION

J'aimerais faire partie de votre liste d'adhérents. J'ai entendu parler de votre organisme dans le Devoir et à la Fête biopaysanne à la Tohu.
Un des bruits qui m'irritent le plus est le bruit de certaines motos quand elles accélèrent. C'est vraiment super agressant, il devrait y avoir une réglementation pour interdire des engins aussi bruyants.

Merci de votre engagement pour notre mieux-être à tous.

Dominique Paquette, Montréal - Été 2007

LA SITUATION S'AGGRAVE

J'ai entendu parler de votre regroupement par Raymond Joly et Érik Vigneault.

Je suis très sensible au bruit et je trouve que la situation s'aggrave, de façon générale, à Montréal en tout cas. Voici les bruits auxquels je suis exposée le plus souvent:

- bruit des moteurs de voiture (avec silencieux enlevé) et motocyclettes
- "musique" dans presque tous les commerces et restaurants
- "musique" des commerces et restaurants diffusée dehors (l'horreur)
- "musique" à tue-tête qui sourd des voitures

Je me considère chanceuse de ne pas avoir trop de voisins qui mettent du rock ou du pop à tue-tête l'été.

Bien cordialement

Lucie Bourassa , Montréal, Qc

JE VEUX ADHÉRER AU MOUVEMENT

Je vous ai rencontré lors de la fête bio à la tohu et vraiment je veux adhérer au mouvement.

Je suis atteinte de fibromyalgie et je suis très sensible au bruit surtout dans mes moments de crise. J'ai toujours aimé le silence et le calme,mais ses dernières années avec cette maladie je souffre encore plus du bruit. Mon sommeil est léger et en plus à cause de la pénurie de logement et du coût élévé des loyers moi et ma co-loc avons trouvé un logement décent sur une rue assez passante, c'est là que j'ai commencé à remarquer à quel point nous vivons dans le vacarme!

Les motos avec leur vrombissement, les systèmes de son des voitures qui vous réveillent en sursaut ou vous empêche de dormir, en particulier l'été. Les voisins qui jouent fort de la musique toute la journée et tard dans la nuit...

Visuellement c'est le cauchemar dans les moyens de transport. Le  baladeurs du voisin dans l'autobus ou le métro. La publicité tapageuse qui couvre de plus en plus d'espace dans le métro, sur nos autobus.

Ce que je constate c'est que les gens qui aiment le bruit ou qui le créent sont des gens qui ont de la difficulté à être avec eux-mêmes. Le bruit nous empêche d'être avec nous-même. C'est une fuite ou du pavanage!!

Alors oui je veux collaborer à un milieu plus respectueux de la qualité de vie sous toutes ses formes,mais dans le cas particulier à un environnement sain en matière de bruit!

Agnès Sawadogo, Montréal, Qc - Été 2007


POÈME REÇU D'UN JEUNE DE 20 ANS

L'utilisation du baladeur

Depuis la grande invention du baladeur
La musique est rendue une grande valeur
En effet, elle nous transporte loin ailleurs
Car ce confort, nous donne du bonheur

Ce que les jeunes omettent fréquemment
Lorsqu'ils écoutent un succès bien émouvant
C'est de contrôler le volume parfois strident
Donc s'en suivent, de très graves inconvénients

Écouter sa musique est un plaisir personnel
Mais on doit comprendre que les décibels
Peuvent nous donner une surdité officielle !
Donc plus faire attention, c'est essentiel...


Guillaume Bertand, Otterburn Park, Qc -Été 2007

AVEC GRAND BONHEUR

C'est avec grand bonheur que j'ai découvert votre  merveilleux site.  Dès que je parle de pollution sonore avec mon entourage on me dit que je suis intolérante...  Ce qui m'irrite ? La musique dans les restos, chez La Baie, au gym, dans les salles d'attente de cliniques médicales (incroyable) et dans les librairies.  Le pire, c'est dans les autobus, que je dois prendre tous les jours, et je ne parle pas de I pod mais de la musique qui sort des radios des chauffeurs d"autobus qu'on entend même en étant au fond du véhicule.  J'ai d'ailleurs envoyé un courriel sur le site de la STM pour connaitre leur politique.  Je n'ai jamais eu de réponse !!!!

Plusieurs entreprises ont pris le virage environnement (défi papier). J'ose espérer que la pollution sonore sera la prochaine préoccupation de notre société.

Je vais faire l'éloge de votre regroupement et vous souhaite longue vie.

Marie Bégin, Montréal, Qc -


"CIGAR BOATS - SPEED BOATS "

C'est avec plaisir que j'ai appris l'existence du regroupement. C'est aussi avec plaisir que je vous donne mon nom comme collaborateur.

Je fais régulièrement de la voile sur le fleuve. J'apprécie pouvoir me déplacer grâce à la force du vent, dans un silence presque parfait. Malheureusement il arrive fréquemment qu'un maudit "cigar boat" vienne briser cette quiétude. Quel engin ridicule qui pollue de façon excessive par le pétrole qu'il brûle et par le bruit qu'il fait. Lorsque ces bateaux de malheur passent au milieu du fleuve, ils se font entendre des gens des deux rives. Quel merdier. Dieu fasse qu'un jour on ne retrouve ce type de bateau que dans les musées.

Jacques Bilodeau, Québec

NOTE DU RQCB : Nous nous rendons compte que ces "cigar-boats" constituent un problème aussi grave que celui des motomarines. Absolument de même nature. Ce genre d'engins devra donc être dénoncé pour les mêmes raisons que dans le cas des motomarines. Le fleuve et les rivières du Québec ne sont pas davantage des dépotoirs de bruit que ne le sont nos lacs magnifiques.

JE PENSE PARFOIS À DES MOYENS EXTRÊMES...

D'abord, des félicitations bien senties pour votre initiative et merci pour le travail bénévole que vous avez déjà accompli. Je souscris sans restriction à tous vos objectifs et revendications. Je ne demande pas mieux  que de m'impliquer activement pour que la majorité «silencieuse» prenne enfin la parole et exige des gestes concrets de nos dirigeants.
Présentement, les bruits qui m'exaspèrent le plus sont, d'une part, ceux des super bolides à quatre roues, modifiés pour faire le plus de bruit possible et faire crisser les pneus sur les coins de rue, et ce à toute heure du jour ou de la nuit ; leurs conducteurs fous n'ont aucun respect pour les autres. D'autre part, je ne peux pas supporter la «musique» que ces jeunes conducteurs écervelés nous forcent à entendre en poussant le volume au maximum et en s'assurant bien que toute les vitres sont baissées ; la carrosserie en vibre. En pleine nuit, il m'arrive de me faire réveiller par ce bruit infernal et j'avoue que je pense parfois à des moyens extrêmes qui les empêcheraient d'agir ainsi ; bien sûr, je ne les mettrai pas à exécution, je ne supporte pas la violence.
Voilà, je m'arrête ici; c'est un sujet qui me rend bavard !

Gilles Fournier, Repentigny, Qc
 

NOTE DU RQCB : Ça nous donne l'occasion de préciser que nous non plus, malgré l'irritation tout à fait compréhensible de la population, nous ne prônons d'aucune manière quelque violence que ce soit. Nous prônons la parole et l'action.      

DEMANDE D'INSCRIPTION AU REGROUPEMENT QUÉBÉCOIS CONTRE LE BRUIT...

Je m'appelle Jacques Peetroons,  j'habite  Terrebonne  au nord de Montréal. Comme beaucoup de mes concitoyens je souffre du bruit infernal qui nous entoure.  Les autorités en place ne veulent pas intervenir, de peur de déplaire.  Ils invoquent les coûts élevés des interventions, le manque de lois cadres  et les revers obtenus devant certains juges.

Il y a la pression  économique exercée par les commerçants  d'accessoires, et le fait que peu de gens osent se manifester pour ne pas paraître intolérants.  C'est sans compter ceux qui sont déjà sourds.   Malheureusement beaucoup d' intervenants ferment les yeux et les oreilles, c'est moins demandant.

Les camions qui emploient leurs freins moteur sur le plat dans les villes  ne sont jamais interpellés.  J'espère pouvoir convaincre quelques  amis de se joindre à votre mouvement, et par le nombre nous finirons par avoir raison. Félicitations  pour le beau
travail déjà  accompli.

Jacques Peetroons,  Terrebonne, Qc -

DEVENIR MEMBRE  

Bonjour, j'ai lu une lettre parue dans la section "opinion du lecteur" du journal local de Terrebonne. En consultant votre site Internet, j'ai vu que l'on pouvait soutenir la cause en adhérant à votre organisme. Eh bien me voilà !
Les bruits qui me dérangent:
- Résonateur pour voiture sport
- Motocyclette
- Ski-doo
Envoyez-moi un message si je peux aider de quelque façon que ce soit."
 
Éric Valiquette, Mascouche, Qc -

CONTRE LE BRUIT

Je suis d'accord avec vous au sujet du bruit. Il est temps de mettre des règles sinon la prochaine génération aura un problème de surdité. Tout est trop fort partout. Je ne vais plus au cinéma car même mes bouchons laissent passer le bruit des annonces. En fin de semaine nous sommes allés voir jouer notre fils au hockey et avons décidé de s'en aller tellement la "musique" était forte dans l'aréna pendant les périodes d'arrêt de jeu.

Je critique souvent le bruit et je n'en reviens pas que les gens tolèrent ça. Quand je vais dans un commerce, je mentionne souvent que la radio est trop forte. Aussi je déplore qu'on nous fasse entendre du bruit quand on nous met en attente au téléphone.

Merci de me lire et Salutations,


Louise Charron  - 19 nov. 2007      

 JE VEUX ÊTRE DES VÔTRES

Chaque fin de semaine, le manège commençant le jeudi, je me fais réveiller, à la sortie des bars, par des voitures sans silencieux ou avec un accessoire qui fait augmenter les bruits, ou encore par des cris qui ne devraient pas exister en plein milieu de la nuit entre minuit et 4 heures.

Tous ces bruits excessifs n'ont aucun sens. Je veux être des vôtres.

Je vous félicite et vous encourage à continuer.

 
Robert Dufour, Chicoutimi -
                     
LA POLLUTION PAR LE BRUIT

J' ai vu un article sur votre regroupement dans un journal local. je vous écris pour vous faire part des bruits qui irritent tout mon entourage. Les plus irritants sont tous les véhicules moteurs dont le système d'échappement a été modifié pour être encore plus bruyant et les idiots et idiotes qui se promènent en pleine nuit dans les quartiers résidentiels avec le volume du système de son au maximum réveillant tout le monde. Je ne sais pas ce les policiers attendent pour leur donner des contraventions et des 48 heures.

Michel Paquette, Laplaine, Qc -

SUPPORT

Bonjour,
Je partage entièrement vos préoccupations et les objectifs de votre organisme. Je vous demande donc d'ajouter mon nom ainsi que celui de mon épouse à votre liste d'adhérents.


Pierre Choquette, L'Assomption, Qc -

AJOUT DE MON NOM À LA LISTE

Bonjour,
Je suis un citoyen de Mascouche. Je me rappelle il y a plusieurs années de la quiétude dans le village de Mascouche. Maintenant, avec toutes les voitures modifiées, les cyclomoteurs, les motocyclettes sans silencieux, la joie de vivre dans la section "village" de Mascouche est parfois un vrai enfer. Vivement disons non au bruit !

Pierre Lamarche, Mascouche, Qc -

CONTRE LE BRUIT...

Je demeure à St-Nicolas, sur Marie-Victorin. Premièrement ce qui m'exaspère le plus, ce sont les autos sur la 132 (en excès de vitesse, donc plus bruyant) et surtout les motos l'été qui n'ont pratiquement pas de silencieux. En groupe de 5 ou 10 motos c'est infernal...
Deuxièmement ce sont les tondeuses, le dimanche, ou sur l'heure des repas le samedi ou la semaine; souvent l'été on veut manger à l'extérieur l'été est si court !

Bravo pour votre initiative !

Rémy Lévesque, St-Nicolas (région de Québec) , Qc -

ADHÉSIONS DE COATICOOK...

Bonjour,

J'ai lu dans la revue VIRAGE (hiver 2007) l'opinion d'un lecteur intitulée «Stop, les décibels». Je suis entièrement d'accord à ce qu'il y ait un mouvement mis en marche pour que le bruit cesse.

Nous demeurons en ville et nous sommes dérangés de plus en plus par les VTT et les motoneiges, sans oublier les automobiles munies de toutes sortes de gadgets faisant un bruit accompagné d'une musique infernale... véhicules circulant à toute heure du jour et de la nuit.

Nous sympathisons à cette cause en espérant que nos  dirigeants sauront agir.

Bonne journée

Bernard et Lise Dumont, Coaticook, Qc - Hiver 2007

JE M'Y JOINS

Je désire me joindre à la liste d'adhérents.
J'ai appris votre existence grâce à un article de M. Marc Lavallée dans Le Devoir, en réponse au texte de Mme Bombardier sur le Silence. Il est rafraîchissant de savoir que vous existez,
Pour ma part, le bruit m'a forcé à vendre ma résidence sur le bord du lac de la Montagne à St-Adolphe-d'Howard suite au refus du maire de réduire la vitesse sur la partie de la route 329 longeant le lac afin de réduire le niveau de bruit des véhicules moteurs, surtout des motocyclettes.

Pierre-Paul Roy, Laval-des-Rapides, Qc -

NOTE DU RQCB : Ainsi que nous le faisons pour chaque nouvelle personne posant ce geste, nous remercions bien chaleureusement M. Roy de se joindre à nous. Nous le remercions aussi d'attirer notre attention sur cet article de Mme Bombardier et les échanges extrêmement intéressants qui ont suivi ce dernier au sujet du silence et du bruit. Voici l'hyperlien permettant d'aller lire le texte intitulé SILENCE, S'IL VOUS PLAÎT de même que l'ensemble de réflexions tout aussi intéressantes qu'il a suscitées.

http://www.ledevoir.com/2007/10/06/159628.html


haut

Citations

« Si une grenouille, qui est un animal à sang froid, est mise dans un bocal d'eau et qu'on fait chauffer cette eau peu à peu, la grenouille s'habituera au changement de la température jusqu'à ce qu'elle meure. Elle ne se rendra jamais compte que la température a monté. Notre civilisation ressemble un peu à cela sur le plan sonore, c'est-à-dire qu'on s'est habitué à ce que le niveau sonore augmente, et à un moment donné nous aurons tous les tympans crevés. »

Auteur : Claude Schryer

extrait de: Sensibilisation au bruit ; voir: http://interact.uoregon.edu/MediaLit/WFAE/readings/schryer.htm


-----

« Le bruit c'est quelque chose d'invisible ; on dit souvent que ça ne tue pas, mais ce n'est pas vrai. Dans la dernière décennie, on a répertorié entre 20 et 30 accidents mortels provoqués par le bruit. » Le plus souvent, la faute incombe aux niveaux élevés de bruit ambiant qui couvrent les avertisseurs sonores sur des véhicules ; les accidents se produisent parce que les victimes n'entendent pas les véhicules approcher.

Tony Leroux, audiologiste, orthophoniste. Extrait de :

http://www.affairesuniversitaires.ca/Francais/issues/2006/novembre/_print/silence_or.html

-----

Les progrès technologiques ont amené un nouvel environnement sonore où le bruit est de plus en plus présent à moins qu'on agisse pour le limiter. Or, au Canada comme au Québec, la réglementation encadrant le bruit dans les communautés est souvent inadéquate ou inexistante. Pour limiter la prolifération du bruit et ses répercussions, il faut réduire le bruit à la source, non seulement sur une base individuelle, mais également en se dotant de normes précises qui baliseront l'utilisation d'appareils, de machineries et de véhicules produisant un niveau de bruit trop élevé.

« Les gens connaissent mal les conséquences du bruit sur leur santé, explique Louis Beaulieu, président et directeur général de l'Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ). Depuis longtemps déjà, nous sommes conscients des risques de la pollution de l'air, de l'eau ou des sols, mais nous oublions la pollution sonore présente dans notre environnement et à laquelle nous sommes de plus en plus exposés, jour après jour. Les répercussions du bruit sont insidieuses, non seulement sur l'audition mais également sur la qualité de vie. »

Montréal, le 5 juillet 2006 — Communiqué de Presse de L'Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ) intitulé

L'ORDRE DES ORTHOPHONISTES ET AUDIOLOGISTES DU QUÉBEC (OOAQ) LANCE LES PRIX VILLES ET VILLAGES PAISIBLES

-----

" Le silence se
meurt, le bruit
prend partout
le pouvoir;
c'est la seule
calamité
écologique
dont personne
ne parle."


Alain Finkielkraut,
philosophe français

Cité par le bulletin TAPAGEUR, vol.1, no.5, édition du 15 septembre 2003.

 

BRUIT ET STRUCTURATION DU SUJET HUMAIN

Le bruit excessif participe d'une fâcheuse propension de la civilisation actuelle à mettre en place un environnement appelant l'hyperstimulation et l'hyperexcitabilité. Cela a des incidences sur les types de subjectivité qui se mettent en place aujourd'hui.

Il n'est pas impossible que nous ne puissions pas établir un lien entre la recrudescence du syndrome d'hyperactivité avec trouble de l'attention et l'inexistence de plus en plus réelle du vide et du silence dans l'espace social.

La télévision a servi en quelque sorte de premier prototype de cet Autre surexcitant dont l'emprise et le territoire se sont étendus. Avec d'autres lieux qui se multiplient effectivement elle participe à construire un espace de bombardement d'informations fonctionnant sous un mode hypomaniaque. Un vacarme ambiant se met effectivement en place un peu partout avec comme corollaire une raréfaction substantielle du silence, un silence à propos duquel on oublie qu'il est nécessaire au développement d'une vie intérieure ayant quelque richesse, elle-même nécessaire à l'élaboration d'une réflexion personnelle et d'un rapport de soi à soi qui tend à disparaître. Le silence est en effet nécessaire à la structuration psychique. Et pourquoi donc faudrait-il effectivement de la musique partout, forte et invasive de surcroît, comme si sans cela nous allions mourir…d'ennui ? Le sujet humain est capable de mieux. Est-on en train de le noyer ?

Denis Julien, psychologue et psychanalyste, Montréal - novembre 2009

http://www.denisjulienpsychologue.ca/accueil.php

http://www.pages.videotron.com/djpsy/

 

AVEC LE CIEL ÉTOILÉ, LE SILENCE COMME RICHESSE NATURELLE

"Je ne comprends pas comment personne ne s'aperçoit que nous avons dans ce pays des ressources naturelles fantastiques qui n'attendent que d'être exploitées. Qui vend le silence comme on vend le bois ou le fer ?"

Le personnage de Louise dans

"Les chaussures italiennes", le beau roman de...

Henning Mankell, auteur suédois. Paru en français au Seuil en octobre 2009.

 

MUSIQUE, SILENCE, BRUIT

Une musique sans silence, qu'est-ce, sinon le bruit?

(Hélène Grimaud, Variations sauvages)

 

CINÉMA ET BRUIT

"Dans la plupart des salles commerciales, assister à la projection des publicités et des bandes-annonces relève maintenant de la torture. "

Bernard Émond, cinéaste

Extrait d'un texte de Bernard Émond, intitulé LE TINTAMARRE, inséré dans son ouvrage paru en 2011 - "Il y a trop d'images."

 

LE BRUIT : SYMPTÔME ?

Les choses sont liées. Il paraît évident que nous ne pourrons penser le problème de la pollution sonore en l'isolant des autres problèmes auxquels fait face l'humanité. Le bruit n'est pas seulement le bruit excessif concret constaté un peu partout. Il constitue probablement un symptôme d'une dérive dans la civilisation - dérive à définir. Et qu'est-ce qui hurlerait à travers les salves de décibels dont nous parlons dans ce site ? Nous les étayerons au fur et à mesure, avançons quelques pistes de réflexion...

Le bruit n'est-il pas aussi d'une certaine manière le tapage publicitaire ? (1)

N'est-il pas pour une part lié à cette pression massive à consommer ? (2)

Le bruit n'est-il pas multiplié par dix du fait du culte du moteur, culte influençant à vive allure la population qui se fait acheteuse de véhicules motorisés de toutes sortes, motoceci, motocela, immenses VUS et Hummers – adulés par certains, summum de l'aberration pour plusieurs ?

Le bruit ne s'accompagne-t-il pas d'une transformation de l'espace public en parc d'amusement tonitruant où la distraction voudrait primer sur tout le reste ?

Le bruit équivaut-il alors pour une part au déni des problèmes qui nous entourent ? (3).

Un certain amour du bruit ne vient-il pas de pair avec une centration sur le strict moment présent et une sorte d'étourdissement évacuant tout le reste. Où penser (l'acte de penser - qui suppose le silence) devient obsolète, démodé, où l'on se paye la traite et on rit ? (4)

EN SOMME, VISITEURS DU SITE DU RQCB, TRAVAILLER ENSEMBLE À COMBATTRE LA POLLUTION SONORE PERMETTRA POSSIBLEMENT PAR LA MÊME OCCASION D'AMÉLIORER LE MONDE DANS LEQUEL NOUS VIVONS. PARCE QUE L'ENVIRONNEMENT, C'EST AUSSI L'ENVIRONNEMENT SONORE ; ET VICE VERSA !

------------------

(1) Chacun peut observer combien la publicité a envahi l'espace public. Chacun a remarqué depuis des décennies que le volume d'un téléviseur augmentait au moment des publicités. Martelage oblige. Les émissions ne font qu'agrémenter le déroulement des publicités, en arrivent à penser plusieurs observateurs.

(2) Il y a le bruit sonore, il y a également le bruit visuel. Ces immenses publicités de Macdo le long d'une autoroute nous menant vers les montagnes, ça vous plaît ? Et une station de métro entière, tapissée de publicités de Bell Mobilité durant la période des fêtes 2006-2007, avec le castor qui ne pense qu'à une chose- acheter des téléphones et téléphoner - ça vous plaît ? On peut s'interroger. Bruit et bruit visuel ont tendance à faire équipe de plus en plus. À l'aéroport Trudeau, toute une file d'écrans qui vous assaillent pendant que vous êtes assis au casse-croûte ; et des écrans et des écrans de télé encore qui vous bombardent dans le métro montréalais ; et des écrans encore là où vous faites votre épicerie : pas de répit, de la pub en permanence et du bruit en permanence.

(3) Problèmes environnementaux au premier chef, ce sont les plus criants si l'on considère l'avenir globalement.

(4) Cinéma maison. Cinéma auto. Tout devient cinéma. Spectacle amplifié. Chacun rêvant d'être une star. Se transformant en marchandise sur laquelle attirer l'attention. Sans s'en rendre compte, c'est ce que fait peut-être tel jeune (ou moins jeune) homme dans sa tonitruante auto-canon. Se croire le centre du monde, tout en méconnaissant largement ce monde dans lequel il vit. La chose est dommage. La chose est navrante.

Le Québec, au huitième rang des plus grands gaspilleurs de ressources de la planète

Nous nous demandions dans le paragraphe précédent si le problème de la pollution sonore n'était pas lié en partie à cette pression massive à consommer ? Pour celui ou celle qui aurait eu des doutes quant à la présence au Québec de cette pression à consommer - et ses effets néfastes pour l'avenir de notre planète -, voilà que le rapport de Harvey Mead vient déboulonner la croyance en un Québec vert. « Si toute la population humaine adoptait notre mode de vie et nos habitudes de consommation actuelles, il faudrait l'équivalent de trois planètes comme la Terre pour soutenir un tel développement », a lancé Harvey Mead en conférence de presse, le 13 décembre 2007.

L'article suivant paru dans le journal La Presse fait état du rapport du commissaire au développement durable du Québec.

http://www.cyberpresse.ca/article/20071214/CPENVIRONNEMENT/712140899/1019/CPACTUALITES