Motomarines : L'abominable engin des lacs + bateaux-cigares et autres bateaux de course (dont nous parlons À LA FIN DE CETTE SECTION)

UNE SUGGESTION AVANT DE DÉBUTER CETTE SECTION. VOIR OU REVOIR LE DOCUMENTAIRE EXCEPTIONNEL DE PIERRE BROCHU SUR LA SITUATION INQUIÉTANTE DES LACS DU QUÉBEC - NOS LACS SOUS LA SURFACE.

...

Combien reste-il de lacs dans le sud du Québec où ce qu’on appelle la « navigation » n’est pas permise ? En mots plus clairs : où vous n’êtes pas incommodés par des bruits de moteur. Certaines embarcations sont convenables. Plusieurs sont inadmissibles. Les motomomarines constituent le problème premier. (Suivies maintenant par les wakeboard boats et les bateaux de course équipées de moteurs d'avions pour ainsi dire.)

Revenons aux motomarines. L’irritation qu’elles causent dépasse l’entendement : sur le champ vous voulez déguerpir d'où vous êtes ou êtes habités par une envie forte de lancer une grenade vers cet engin d'enfer. Elles tournent en rond sur place, cherchant d’abord et avant tout la vitesse et à produire des vagues, des vagues et encore plus de vagues, mais dans une pollution sonore aussi dérangeante que celles des motoneiges. Vous ne pouvez plus entendre aucun huard, aucun oiseau, vous subissez une violence sonore. Il y a déjà une foule de lacs que vous ne fréquentez plus. Car le mal partout se répand. Vous avez consenti pour le plaisir de votre compagne à louer un chalet au lac Gagnon (lac splendide, dans l’Outaouais, au nord du lac Simon). C’était justement les motomarines - ou alors les hors-bord bruyants traînant des skieurs derrière eux - qui vous faisaient vous réfugier à l’intérieur du chalet alors qu’il faisait si beau dehors. Vous mettiez des bouchons, tentiez de lire, d’oublier l’irritation.

haut

Croyez-vous être seul à être irrité par les motomarines ?

Détrompez-vous ! Voici ce qu’écrivait l’auteur et journaliste Jeffrey Simpson dans le Globe and Mail, le 11 juillet 2001.

« Les motomarines produisent le même effet que des maringouins qui volent autour de votre tête quand vous essayez de dormir. Sur nos lacs et cours d'eau, leur va-et-vient, avec les vrombissements et les bourdonnements stridents de leur moteur, harcèlent et rendent fous, détruisant toute tranquillité, polluant et, dans certains cas, causant des accidents parfois même mortels. Elles représentent l'exemple classique de la préséance du plaisir de l'un au détriment de celui de tous les autres. Heureusement, la majorité pacifique a trouvé un défenseur : la sénatrice Mira Spivak, du Manitoba, s'est faite la championne des opposants aux motomarines. »

Vous n’êtes pas seul. Tout comme vous, donc, la sénatrice Mira Spivak est elle aussi excédée par le bruit de ce qui est parfois appelé en langage courant « sea-doos ». Nous reproduisons ici le témoignage que le site Web de la FAPEL (la Fédération des associations pour la protection de l'environnement des lacs - qui n'existe plus. Voici ce que dit la sénatrice Spivak :

« Mes plus beaux souvenirs sont ceux de l'époque tranquille où nous pouvions encore faire une balade en canoë au coucher ou au lever du soleil dans une baie. Tout comme la bombe atomique a mis fin à notre vision du monde, les motomarines ont mis fin à notre façon de relaxer. Le fait d'avoir à supporter les trois adolescents d'un voisin, qui s'amusaient à faire des virevoltes des heures durant sous le regard amusé de leurs parents, a été la goutte qui a fait déborder le vase. »

Et elle ajoute encore ; nous la comprenons tellement :

« Je suis une victime de ces satanées machines. Pendant plus de 20 ans, j'étais l'heureuse propriétaire d'un chalet, au Québec, dans un site que je considérais comme mon petit paradis. Pas une semaine ne se passait sans que je me rende au chalet. Malheureusement, je n'y suis presque plus allée, durant les sept dernières années. La raison? Le bruit et les dangers que nous font courir les motomarines. »

haut

Combien sommes-nous au Québec à être excédés par le bruit des motomarines ?

Le nombre reste à établir. Nous nous y emploierons. Entre-temps, pour faire suite aux propos colorés de Jeffrey Simpson et de Mira Spivak (n’oublions pas que c’est le gouvernement fédéral et les municipalités qui ont juridiction sur la navigation sur les lacs québécois, ce qui ne simplifie guère les choses), citons maintenant une intervention de M. Pat Martin, député de Winnipeg-Centre pour le NPD, concernant le projet de loi S-8 qui avait été déposé à la Chambre des Communes au printemps 2004 :

« Lorsqu'on est exposé à environ 75 décibels produits par une motomarine, en marche à une centaine de pieds de soi, disait Pat Martin, c'est-à-dire la distance qui nous sépare, vous et moi, monsieur le Président, ou peut-être même moins, le bruit est épouvantable (Nous soulignons ; c’est tellement juste). Son niveau peut grimper à 90 décibels lorsque l'appareil effectue un virage ou que le vent ramène le bruit vers le conducteur. Or, 90 décibels, c'est beaucoup trop. »

Et, d’ajouter le député :

« Selon les statistiques, une embarcation personnelle dotée d'un moteur à deux temps et utilisée pendant sept heures polluerait autant qu'une automobile moderne qui aurait parcouru 160 000 kilomètres. Ces moteurs crachent de la fumée. Quelque 30 p. 100 du carburant utilisé n'est pas brûlé, mais est rejeté dans l'air ou même dans l'eau. (Nous soulignons)»

Soulignons que Clifford Lincoln (le député québécois du Lac-Saint-Louis) avait présenté avec beaucoup de justesse et de pertinence le projet de loi C-8 en deuxième lecture à la Chambre des Communes. Fervent défenseur du projet de loi il avait été. Bravo !

haut

Pourquoi les motomarines nous agressent-elles à ce point ? Davantage que les autre bateaux ? Données techniques.

Les extraits suivants de la Déclaration de M. Charles Komanoff (6 mai 2003) lors des audiences au Sénat canadien sur le projet de loi S-10 concernant la motomarine permettent d’apporter réponse à cette question. Les caractères gras sont de nous.

1. Les motomarines sont commercialisées et utilisées pour une seule fin, l’enivrement de la vitesse. (…) les conducteurs de motomarines ont rarement une destination.
2. Contrairement à la plupart des embarcations motorisées, les motomarines quittent constamment l’eau. Cela amplifie le bruit de deux façons. Tout d’abord, sans l’effet atténuant de l’eau, l’échappement du moteur est beaucoup plus bruyant De plus, chaque fois que la motomarine pénètre dans l’eau, elle frappe la surface avec un bruit explosif, parfois même une série de ces claquements puissants.
(…) La motomarine est projetée « hors de l’eau » une bonne partie du temps, suffisamment, d’après nos estimations, pour ajouter de huit à dix décibels au bruit moyen produit par une motomarine hypothétique ne quittant jamais l’eau.
3. (…) la motomarine est conçue et commercialisée pour l’esquive, les virages brusques, la capacité de tourner sur place et, de façon générale, l’utilisation erratique de la manette des gaz. Dans toutes ces manœuvres, la turbine ne possède pas de débit d’eau constant et, de la sorte, il n’y pas de charge uniforme sur le moteur. Par voie de conséquence, la vitesse du moteur augmente et chute fortement d’un instant à l’autre, avec chaque manœuvre. Il en résulte un son aigu pénétrant, qui monte et retombe rapidement de tonalité comme la fraise du dentiste, captant l’attention de toutes les personnes à portée d’oreille. (Nous soulignons cet aspect.)
L’une des affirmations de la psychoacoustique est qu’un bruit qui varie est plus dérangeant qu’un bruit constant.
Dans Drowning In Noise, nous avons calculé que cet effet, la nuisance supplémentaire due à ce que les motomarines émettent des bruits aigus, et variables d’un moment à l’autre, a le même effet de nuisance qu’un supplément de 12 à 15 décibels du niveau de bruit. On ne peut constater cela sur un sonomètre, mais l’effet sur l’oreille et le cerveau humains est tout aussi réel. En ajoutant à cela le niveau de nuisance sonore mesurable et supplémentaire de 8 à 10 dBA dû aux sorties de l’eau, nous constatons que la motomarine semble être de 20 à 25 décibels plus bruyante qu’un bateau à hors-bord ayant le même niveau de bruit « dans l’eau ».

Est-ce à dire que de 90 dB(A) on passe, au niveau de la nuisance éprouvée, à 110 et même à 115 dB(A) ? En fait, c’est pire encore : concluons avec ce qu’explique Charles Komanoff :

En transposant les décibels dans le domaine subjectif du volume sonore, une motomarine produit un son et une impression physique de quatre à cinq fois plus puissants qu’un bateau à moteur « équivalent ». En termes plus visuels, une motomarine, conduite à la même distance de la rive qu’un bateau motorisé générant une puissance égale en décibels (mesurée dans les deux cas « dans l’eau »), génère un son et une impression physique de 15 à 30 fois plus rapprochés.

Rien de moins ! Notre agacement et notre exaspération se comprennent de plus en plus.

haut

Nouveau développement

À lire l’article de Louis-Gilles Francoeur dans le Devoir du mardi 29 août 2006, (lire, si l’on veut, http://www.ledevoir.com/2006/08/29/116941.html) « Ottawa annulerait la règle du tout ou rien », c’est-à-dire que, alors que jusque là on disait la chose impossible, il serait dorénavant possible d’interdire sélectivement les motomarines sur les lacs du Québec dans la mesure où un référendum local établit que c’est ce que la majorité décide.

Les riverains concernés pourraient tenter leur chance auprès de leur association de lac et leur municipalité.

Sans se leurrer cependant. Car on ne semble pas appliquer la réglementation avec suffisamment de célérité. Ariane Krol dans La Presse du 3 sept. 2006 donne l’exemple du conseil municipal de St-André Avelin qui a adopté, au terme d’un scrutin postal, une résolution interdisant les bateaux à moteur sur le lac Hotte. Or, souligne-t-on, c’était il y a trois ans !!! Et on attend encore là-bas le feu vert d’Ottawa.

Terminons en citant un passage de la même journaliste, parfaitement en accord avec le point de vue d’ensemble du RQCB sur la question des motomarines :

« Un lac (…) ce n’est pas un endroit pour se livrer à des exploits sportifs bruyants et polluants, tout comme le réseau routier n’est pas un lieu propice aux courses de moto ou d’automobiles. »

C’est en effet toute une culture et une économie galopante du moteur tapageur (partout au Québec) à laquelle il faut s’opposer. S’il vous plaît, visiteurs de ce site, travaillez-y avec nous !

--

À lire :

Article de Louis-Gilles Francoeur du journal le Devoir

http://www.ledevoir.com/politique/canada/116941/embarcations-nautiques-ottawa-annule-la-regle-du-tout-ou-rien

Article dans le bulletin TAPAGEUR (repérer le titre : Contrôle de la circulation des embarcations de plaisance, incluant les motomarines :

https://www.agencesss12.gouv.qc.ca/documents/20061114-v4-n4-Tapageur.pdf

bruit et vitesse des bateaux sur le Richelieu

Voici une lettre de Guy Corbeil aux autorités de son coin de Québec au sujet du bruit et de la vitesse des bateaux sur le Richelieu principalement les horribles bateaux-cigares et autres bateaux de course.

Cette lettre est exemplaire. Nous félicitons M. Corbeil et encourageons d'autres citoyens à oser porter plainte eux aussi.

http://www.rqcb.ca/fr/doc/Lettre%20de%20Guy%20Corbeil.doc

* Autres renseignements reliés à cette question :

un groupe antispeedboat sur Face Book

http://he-il.facebook.com/group.php?gid=104983176579

un forum sur le bruit dans le site VOILE ABORDABLE

http://www.voile.org/forumvav32/read.php?8,415403,415417

---

 

haut

Témoignages

RIVIÈRE NICOLET SUD-OUEST

"Bonjour,

J'aimerais que vous ajoutiez nos noms à votre liste de membres appuyant les objectifs de votre mouvement.  Nous avons une maison de campagne à Ste-Clotilde de Horton près de Drummondville, sur les bords de la rivière Nicolet Sud-ouest et nous sommes littéralement harcelés par les motomarines sur la rivière au point de ne plus pouvoir profiter de cette dernière (canot, pêche, baignade, plongée).  Nous avons réussi à éloigner les motoneiges l'hiver en nous portant acquéreur, avec des voisins, de la terre jouxtant nos propriétés.  Il nous reste maintenant à régler le problème des motomarines.  Nous suivrons avec attention vos démarches en ce sens et sommes prêts à vous appuyer en ce sens."

Au plaisir,
Richard Dubois
Louis Girard

RIVIÈRE MASKINONGÉ - LAC DES PLAGES

Bonjour,

Nous nous permettons de vous écrire en notre nom et au nom de notre famille qui demeure à temps plein depuis plus de 4 ans dans la municipalité de Lac-des-Plages, aux abords de la rivière Maskinongé (entre le Lac-des-Plages et St-Rémi, vers St-Jovite).

Nous adorons tous la vie près de cette belle rivière où nichent hérons bleus, outardes, divers sortes de canards ainsi une panoplie d'oiseaux qu'il est agréable d'observer et d'entendre. Cet endroit est notre petit paradis ... sauf que ...

Le seul gros nuage noir qui plâne au-dessus de nos têtes est un voisin qui n'a aucune conscience écologique et humaine. Tant de fois, avons-nous été obligés d'aller discuter avec lui afin de lui faire comprendre que la terre où il arrachait des arbres ne lui appartenait pas. Cette année, des invités de ce voisin sont arrivés pour le week-end avec deux motomarines. L'horreur !!!!

Face à nos maisons, la rivière fait un renflement qui forme une sorte de bassin où nous faisons canot, pédalo, pêche, promenade en chaloupe. Outre notre bassin, la rivière n'est pas très large.

Nous avons été dans l'impossibilité d'utiliser nos embarcations car tout le week-end s'est passé avec ces 2 motomarines qui se sont faits la course comme des imbéciles. Nous avons été très chanceux qu'il n'y ait pas eu d'accidents car s'il y avait eu un kayak ou canot qui aurait tenté de passer par ce bassin, il est certain qu'un accident aurait pu survenir.

Nous étions impuissants devant cette situation et nous nous demandons s'il y a une réglementation qui gère ce genre de véhicule. Que pouvons-nous faire pour que cette situation ne se reproduise plus et d'assurer la sécurité sur notre plan d'eau ? Pas besoin non plus de vous dire qu'aucun oiseau n'a été vu durant ce week-end.

Merci à l'avance de votre réponse et espérant trouver une solution à long terme,

Chantal et Bernard, Lac-des-Plages, Qc - 8 juin 2008

---

NOTE DU RQCB. Nous sympathisons avec vous au plus haut point, Chantal et Bernard. Nous avons peu de choses à ajouter à ce que nous avons déjà écrit à ce sujet dans notre site Web. Notre dossier est passablement complet. Il y a possibilité de faire interdire spécifiquement ce genre de véhicules sur un plan d'eau en procédant par concertation des résidants et référendum, après quoi il faut soumettre le tout au ministre des transports fédéral. Procédure longue, mais possible. C'est pourquoi nous revendiquons qu'aucun engin aussi désastreusement bruyant ne puisse avoir droit de circulation et demandons que les fabricants ne produisent que des machins motorisés non bruyants. Bataille longue mais tellement juste en perspective !


AJOUTEZ-MOI À VOTRE LISTE D'ADHÉRENTS

Bonjour,
 
Découvrir votre site et le lire a été comme une bouffée d'air frais ! C'est Cyberpresse qui m'a fait découvrir votre site et j'en suis bien heureuse. Il y a longtemps que le bruit excessif m'irrite au plus haut niveau et je me sens souvent comme si j'étais la seule.
 
La voiture à elle seule est un gros problème; des systèmes de son hyper-puissants dont la basse fait vibrer toute ma maison, et ce lorsque le véhicule est à plusieurs blocs de chez moi, aux silencieux défectueux,  ou pire encore, ceux qui sont modifiés pour être plus bruyants (un non-sens). Sans parler des scooters irritants qui ont un son très aigu.
 
Que faire pour se sauver de tout ça ? Aller à la campagne.... Hé bien non. Les amateurs de bruits aiment la campagne aussi ; ils y arrivent avec leurs gros bateaux, leurs 4 roues, leurs motos-marines (invention qui devrait être bannie complètement).


Ouf !
 
Comptez-moi dans vos rangs.
 
Claudia Schiffo, Gatineau (secteur Hull)


"CIGAR BOATS"

C'est avec plaisir que j'ai appris l'existence du regroupement. C'est aussi avec plaisir que je vous donne mon nom comme collaborateur.

Je fais régulièrement de la voile sur le fleuve. J'apprécie pouvoir me déplacer grâce à la force du vent, dans un silence presque parfait. Malheureusement il arrive fréquemment qu'un maudit "cigare boat" vienne briser cette quiétude. Quel engin ridicule qui pollue de façon excessive par le pétrole qu'il brûle et par le bruit qu'il fait. Lorsque ces bateaux de malheur passent au milieu du fleuve, ils se font entendre des gens des deux rives. Quel merdier. Dieu fasse qu'un jour on ne retrouve ce type de bateau que dans les musées.

Jacques Bilodeau, Québec - septembre 2007

NOTE DU RQCB : Nous nous rendons compte que ces "cigar boats" constituent un problème aussi grave que celui des motomarines. Absolument de même nature. Ce genre d'engins devra donc être dénoncé pour les mêmes raisons que dans le cas des motomarines. Le fleuve et les rivières du Québec ne sont pas davantage des dépotoirs de bruit que ne le sont nos lacs magnifiques.

PROMENADE BELLERIVE (MONTRÉAL)

Pour ma part ce qui m'intéresse, ce qui me préoccupe, c'est ce qui suit.:
Je réside le long de la Promenade Bellerive, dans l'arrondissement de Mercier-Est. À tous les ans, de plus en plus violemment d'une année à l'autre,nous avons droit, mes concitoyens et moi, à des bruits de moteurs ahurissant de plusieurs embarcations. 850 forces/chacun ; vitesses de 140km/h. Souvent, ces bruits sont perceptibles sur la rue Notre-Dame, plusieurs centaines de mètres au nord des berges du fleuve et ce, malgré le bruit incessant des camions qui circulent sur cet artère, en plein quartier résidentiel. Les moments les plus «hots» de cet enfer «décibelique»* provoqué par les bateaux de plaisance est le soir, et ce les jours de présentations des Feux d'artifices sur l'Ile Notre-Dame.
Ma conjointe et moi en sommes réduits à ne plus fréquenter le Parc de la Promenade Bellerive les jours de présentations des feux d'artifices à La Ronde. Tous les jours de la saison estivale, à tout moment du jour, nous avons droit aux bruits de ces capitaines plaisanciers. Depuis de nombreuses années, je porte plainte aux autorités pour que cette situations cesse. J'ai fait de la recherche pour trouver une solution légale afin de contrer cet état de fait. La situation dure et perdure d'année en année.


Rémi Arsenault, Montréal

LAC SIMON

J'ai un bateau, je l'admets, mais mon bateau n'est rien à comparer aux fameux 'cigar boats' qui brutalisent les résidants du lac Simon dans l'Outaouais. Ce qui me fait grincer des dents c'est que tu peux avoir deux bateaux identiques, un est plutôt acceptable et l'autre, même modèle, même moteur, mais un muni d'un système d'échappement qui produit un son plus fort qu'un harley, un réacteur, c'est incroyable. À une distance de 1 km de mon chalet nous devons arrêter la conversation car ont ne s'entend plus quand ils passent. Y a-t-il un nom pour ces systèmes d'échappement afin qu'on puisse en discuter à notre prochaine réunion des propriétaires ?

Daniel, lac Simon, Qc - 9 juin 2008

NOTE DU RQCB - Des adhérents, sympathisants ou visiteurs du RQCB ont-ils des données techniques à tranmettre à Daniel qui pointe une nuisance absolument monstrueuse ? Communiquez-la lui par notre intermédiaire. Écrivez à courrier@rqcb.ca

 

LAC DES DEUX-MONTAGNES ET RIVIÈRE DES OUTAOUAIS

Bonjour cher regroupement,

Cet été, mon épouse et moi avons fait l'acquisition d'un voilier de 26 pieds. Nous nous faisions une joie d'aller naviguer en tout quiétude sur le lac des Deux-Montagnes et sur la rivière des Outaouais. Nous pensions avoir la paix. Grossière erreur ! Les fins de semaine s'avérèrent particulièrement dérangeantes. Ce ne sont pas les pêcheurs se dirigeant vers un petit coin de pêche avec des embarcations, ma foi assez performantes, ou encore le grand papa faisant un tour de ponton à sa petite fille qui causaient des désagréments épouvantables. Non, je parle de ces individus opérant des embarcations très puissantes, qui se déplacent à des vitesses indues en provoquant un niveau sonore équivalant à un bombardier datant de la 2e guerre mondiale. Le niveau, l'intensité, la gamme des bruits crées par ces embarcations est tel que cela devient désagréable pour tous, les navigateurs paisibles comme les riverains. Est-il vraiment nécessaire que des embarcations de plaisance fassent un tel boucan pour avoir des performances ? J'en doute. Si on ajoute à cette sonorité le bruit des motocyclettes ayant des dispositifs d'échappement modifiés, l'environnement sonore vers les 15h00 par un beau samedi après-midi d'été devient intenable. Qu'attendent le législateur ou les forces de l'ordre pour agir ?
Comptez-moi immédiatement parmi vos adhérents


Léonard Marchand, St-Jérôme, Qc - 9 septembre 08

 

LE POINT DE VUE D'UN SYMPATHISANT DE ST-GABRIEL

Bonjour !

Je viens de découvrir votre site et je vous en félicite !
Pour les cigar boats, mon neveu me dit que la raison en est très simple et je le cite : «l'exhaust est sorti de l'eau au lieu d'être sous l'eau, comme ça devrait être»...
Ce sont donc des bateaux modifiés par le propriétaire afin de faire plus de bruit et d'augmenter la vitesse... de 2-3 km/heure.

Une réglementation simple et une surveillance accrue règlerait le problème assez rapidement...

Monsieur Léger, sympathisant de St-Gabriel, Qc - 4 octobre 2008

BESOIN DE DONNÉES TECHNIQUES - APPEL À TOUS

(Note du RQCB. Nous avons répondu sommairement à l'envoi de Mme Roy, qui suit. Appel est lancé à nos membres, sympathisants et visiteurs : si vous disposiez de réponses très précises à lui donner sur ses questions, nous apprécierons que vous les lui transmettiez par notre intermédiaire). Voici ses questions.
"Je fais partie de l'association de riverains du lac William (St-Ferdinand). Je suis à écrire un petit guide pratique pour les usagers du lac à l'été 2009. J'ai besoin d'information et c'est à vous que je m'adresse. Peut-être pouvez-vous m'aider ou m'orienter ?Nous avons un très beau lac situé dans le creux des montagnes des Appalaches (7km de long sur 1km de large). C'est un lac où il y a beaucoup de plaisanciers. Plus que jamais, le bruit devient une nuisance pour les riverains. Dans notre guide, nous souhaitons parler de la pollution sonore (surtout des systèmes de son sur les bateaux + des moteurs bruyants de wakesurf et de wakeboard + bateau à moteur puissant). Je sais que la vitesse de propagation est de 340m/seconde dans l'air et de 1430m/seconde dans l'eau. Qu'en est-il sur l'eau ? Le son glisse-t-il ? Pourquoi se fait-il que nous entendons de la musique de l'autre côté du lac (à 1km) alors que nous ne l'entendons pas chez le voisin? Pourquoi entendons-nous les gens parler très clairement lorsqu'ils sont sur leur embarcation à plus de 300m ? Est-ce parce le lac est une surface sur lequel le son glisse ? Est-ce parce les montagnes contribuent à augmenter sa diffusion en faisant une barrière naturelle à sa propagation à l'extérieur du territoire et en le concentrant sur le lac ? Qu'en est-il de la vitesse du son sur l'eau ? Avez-vous des données ou des éléments de réponses ? Existe-t-il des sites (anglais ou français) où je pourrais trouver ces infos ?"

Merci beaucoup !
Stéphanie Roy - 8 février 2009

AGRESSIONS TOXIQUES SUR LE ST-lAURENT


J'habite au bord du St-Laurent. Les bruits les plus agressants sont ceux des cigarette-boats ( speedboats), suivis par les motomarines. Il n'y aucun
contrôle de police (pas de police) sur ces engins. Je comprends que l'on veuille profiter du fleuve, mais pas en enlevant les silencieux et les reniflards (filtres à air), ce qui empoisonne la vie des riverains .

Paul Lavallée, Verchères, Qc - adhérent depuis le 18 février 2009

CE QUI NOUS AGRESSE PARTICULIÈREMENT

Ce qui nous agresse tout particulièrement, ce sont les bateaux à moteur et les motomarines.

Pascal Vuillaume et Anne Marchand, Inverness (Québec) - juillet 09

DÉCHIQUETÉ PAR UN SPEED BOAT...

Un bateau à moteur percute un voilier et tue son occupant C'est Yves Plante, un sympathisant du RQCB et grand amateur de voile, qui nous a mis au courant de la triste nouvelle suivante.

Vendredi le 17 juillet dernier, un "speedboat" de 42 pi. a tué Jacques Godin, commodore du club Nautique Le Mézi à Boucherville alors qu'il naviguait avec son petit voilier sur le fleuve Saint-Laurent. Un bateau à moteur long d'environ 13 mètres lui a littéralement passé dessus

Lire l'article écrit par de Martin Croteau le 17 juillet

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/200907/17/01-885158-un-bateau-a-moteur-percute-un-voilier-et-tue-son-occupant.php

«Il est mort en faisant ce qui le passionnait.»

Lire l'article écrit par Martin Croteau le 18 juillet accompagné de cette photo de M. Godin sur son voilier.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/200907/18/01-885423-il-est-mort-en-faisant-ce-qui-le-passionnait.php

Lire le blogue de Cécile Gladel au sujet de ce terrible incident de même que sur le bruit des bateaux et les moteurs électriques.

http://cecilegladel.blogspot.com/2009/07/fourchette-bleue-et-les-bateaux.html

--

NOTE DU RQCB : Au haut de ce paragraphe il s'agit d'une photo d'André Tremblay du journal La Presse, photo accompagnant l'article de Martin Croteau dans Cyberpresse. L'autre photo est celle qui accompagne la photo de l'article du journaliste le 18 juillet dernier.

BRUIT ET VITESSE DES BATEAUX SUR LE RICHELIEU

Voici une lettre de Guy Corbeil, membre du RQCB, aux autorités de son coin de Québec au sujet du bruit et de la vitesse des bateaux sur le Richelieu principalement les horribles bateaux-cigares et autres bateaux de course.

Cette lettre est exemplaire. Nous félicitons M. Corbeil et encourageons d'autres citoyens à oser porter plainte eux aussi.

lettre de Guy Corbeil

 

* Autres renseignements reliés à cette question :

un groupe antispeedboat sur Face Book

http://he-il.facebook.com/group.php?gid=104983176579

un forum sur le bruit dans le site VOILE ABORDABLE

http://www.voile.org/forumvav32/read.php?8,415403,415417

DÉFENDRE NOTRE QUIÉTUDE

Inscrivez-moi comme adhérente. Les nuisances sonores qui m'irritent le plus, ce sont les motoneiges et les motomarines sur la belle rivière de Batiscan. Également les motocyclettes et, surtout, la musique trop forte qu'on nous impose dans les restaurants et les commerces. De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB: Radio-Canada. Oui, je suis prête à m'impliquer pour défendre notre quiétude.

Chantale Labossiere, Ste-Geneviève-de-Batiscan, Qc - 18 juin 2010

NOUVEL ADHÉRENT DE LAMBTON


Inscrivez-moi comme adhérent. Les nuisances sonores qui m'irritent le plus, ce sont les motomarines et les speed boats. En fait ce sont les
bateaux qui laissent sortir les gas d'échappement sans retenue. Ceci est interdit à moins de 2 KM des rives. Garde côtières et SQ, intervenez SVP !

Paul Audet, Lambton,Qc - 25 juin 2010

LAC ST-JEAN

Les nuisances sonores qui m'irritent le plus, ce sont les motomarines et les motoneiges. La pollution sonore  causée par ces engins,  peu importe où-comment-pourquoi, devrait être illégale partout au Québec et dans le reste du Canada. Tant les fabricants que les utilisateurs sont fautifs : tout le monde agît comme si c'était normal de polluer la vie des autres par le bruit, l'émission de CO2, et les ondes du moteur qui déséquilibrent le système cérébral.  Je demeure sur le bord des berges du Lac St-Jean, à 30 mètres d'un quai pour voiliers. Est-ce que cela empêche les "têtes de moteur" de se promener à vive allure et de tourner en rond (comme un chien qui court après sa queue) à 1 mètre des voiliers ? Pas du tout, au contraire ils prennent un malin plaisir à se pavaner en maître des eaux comme s'ils avaient accompli un  exploit quelconque en ayant décidé de dépenser leurs économies dans l'achat d'une boîte à bruit. Le plus drôle (triste) c'est que le Lac St-Jean fait plus de 1000 km2, et toutes ces belles têtes de moteur insistent pour virailler à qq mètres des berges, et ce partout autour du Lac. Je ne vois pas d'autre solution que l'interdiction quasi totale de ces engins tant que le bruit ne sera  pas ramené à un niveau acceptable.

Simon, St-Gédéon (Lac St-Jean), Qc - 2 juillet 2010

MRC DES APPALACHES

Les nuisances sonores qui m'irritent le plus, les voilà : les motomarines et les systèmes de son qui émettent à l'extérieur.

Paul Audet, Sainte Praxède, Qc - 6 sept. 2010

MONTRÉAL ET ST-ÉLIE DE CAXTON


Je me joins à vous. Les bruits qui m'irritent particulièrement sont les motos, les tondeuses à toutes heures du jour et les bateaux de course sur la Rivières des Prairies.

Cordialement,

André Lafrenière, Montréal et St-Élie de Caxton - 30 avril 2011

MOTOMARINES

La catégorie de nuisances sonores qui m'irritent le plus : les motomarines, motoskis, speedboats ; suivent les autos modifiées et les grosses motos avec silencieux pratiquement inexistant. De quelle manière ai-je entendu parler du RQCB : En faisant une recherche sur le Net pour trouver la législation existante pour contrer le bruit excessif.

Linda Dauphinais, Trois-Rivières, Qc - 7 juillet 11

LAVAL

J¹ai découvert votre existence aujourd¹hui en parcourant la dernière livraison de Protégez-vous (août 2011). La première catégorie de bruits qui m¹agressent, ce sont les motos-marines et les «cigarette-boats» qui se comportent sur la Rivière des Prairies comme s¹ils étaient aux régates de Valleyfield.

Jean-Marie VAN der MAREN, Laval, Qc -juillet 2011

 

"CIGARE BOATS" SUR LA RIVIÈRE DES OUTAOUAIS


J'ai entendu parler de vous sur votre site internet en faisant une recherche au sujet des bateaux à moteurs très bruyants.

J'ai une propriété sur la rive de la rivière des Outaouais et de grands bateaux, genre cigare boats, passent régulièrement en face de ma demeure et font un épouvantable bruit assourdissant audible à 1 km. Pourtant, certains parmi eux, du même type, passent sans nous incommoder par leur bruit ; c'est donc possible. Il faut croire que beaucoup d'entre eux ont modifié l'échappement de leur moteur; pour se sentir puissants.
Je désire m'inscrire à votre liste d'adhérents.

Roland Cousineau, Fassett, Qc - 27 août 2011

TRÈS INCOMMODÉS...

La nuisance sonore qui nous irritent le plus, c'est sans contredit les motomarines. Nous habitons au bord d'un lac et nous sommes très incommodés par les motomarines. De plus elles menacent notre sécurité lorsque nous nous baignons.

Julie-Anne, une sympathisante de St-Narcisse de Rimouski, Qc - 31 juillet 2012