Baladeurs, i pODS à rendre sourds

Youngster with headset Il y a lieu de protéger l’ouïe de nos enfants et de nos jeunes, non ? Au début de l’année 2006, la Fondation canadienne de l’ouïe lançait une campagne auprès des élèves ontariens pour leur faire comprendre le danger que représente l’exposition prolongée à des niveaux sonores trop élevés. La journaliste Ariane Krol, dans un article le 14 janvier 2006 dans le journal La Presse, relevait que, suivant les spécialistes, on observe des pertes auditives chez des patients de plus en plus jeunes. Sa collègue Sylvie St-Jacques, le 2 octobre 2005, rapportait de son côté que des études épidémiologiques avaient démontré que depuis les années 70, la qualité de l’ouïe tend à diminuer chez les garçons à l’adolescence. Michel Picard, professeur à l’école d’orthophonie et d’audiologie de l’Université de Montréal est d’avis que les baladeurs, les concerts rock et les « raves » portent une bonne part de responsabilité.

« Quelqu’un qui écoute longtemps et souvent son baladeur à plus de 120 décibels ou se tient près des enceintes acoustiques dans un concert rock s’expose à des dommages insidieux qui, au fil du temps, risquent de devenir irréversibles. »

Au sujet des baladeurs, retenons ceci. La musique des baladeurs est trop forte dans la mesure où un utilisateur porte des écouteurs et que les autres peuvent l’entendre. Ceux qui voyagent dans le métro de Montréal peuvent se rendre compte que ça se produit tous les jours. Preuve, selon nous, du symptôme de l’aggravation du bruit dans toute la société et des dangers en jeu. Il est donc temps d’agir car, comme l’affirme Richard Larocque, un audiologiste québécois, c’est au point qu’un jeune de 20 ans aujourd’hui présente la même ouïe qu’une personne de 40 ans. D’ailleurs, le guitariste des Who, Pete Townshend (voir le site web Youth, hear-it) et le chanteur Phil Collins reconnaissent qu’au fil du temps il ont abîmé leur ouïe. Faisons ici comme la France - en avance dans ce domaine : faisons baisser le volume ! L’Hexagone a en effet décider de s’en prendre non seulement aux baladeurs, mais aussi aux boites de nuit. Plus question dans ce pays de dépasser 105 décibels : si le DJ tente de dépasser les limites de son de sa console, le silence se fait. Bon premier pas, disons. C’est à la fois une question de qualité de vie et une question de santé publique.

bruit et santé DES JEUNES - CHIFFRES ALERTANTS !

audition

Penchons-nous sur les données suivantes extraites d'un article paru dans le journal Le Soleil du 6 mai 2009 - un article de Daphnée Dion-Viens. Posons simplement ces chiffres devant nos yeux et rendons-nous compte de la situation :

44%

Augmentation du nombre

d'appareils auditifs chez les

25-54 ans en 10 ans

70%

La proportion d'adolescents qui s'exposent à

des niveaux de bruit comparables à ceux des

travailleurs en usine, à cause de leur iPod

150%

Hausse des consultations pour des

problèmes d'audition chez les 25-27 ans en 10 ans.

...

À la suite, la journaliste cite les propos d'un médecin de la ville de Québec.

Pour diminuer les problèmes d'audition, le Québec devrait imiter la France et légiférer afin d'interdire la vente d'iPod trop bruyants. C'est ce qu'affirme le Dr Pierre Ferron, otorhinolaryngologiste de l'Hôtel-Dieu .

«Ça me révolte un peu.» Les fabricants de lecteurs MP3 conçoivent des appareils trop puissants pour les tympans et aucune règle n'encadre leur vente, souligne-t-il. La France a pris les devants en limitant par règlement le nombre de décibels des lecteurs vendus en sol français.

Pourquoi ne pas faire de même? «Quand on ne peut y arriver par la bonne volonté, on a le droit de mettre des règlements.»

Selon lui, la popularité croissante d'iPod est un «facteur important» expliquant la hausse des problèmes de surdité.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/sante/200905/05/01-853671-le-quebec-a-mal-aux-oreilles.php

haut

Sensibilisation à faire

Voici un exemple de dialogue entre jeunes et spécialistes. Extraits du site Web du Bureau Information Jeunesse de Brest, les échanges qui suivent illustrent la grande méconnaissance des jeunes quant au danger réel du bruit et témoignent du vaste travail d'éducation qui reste à faire.

J'ai 18 ans et j'ai eu des sifflements dans les oreilles après avoir passé une soirée en discothèque. Que faut-il faire ? Est-ce grave ?

Ces sifflements (acouphènes) sont un signe de souffrance des cellules de l'oreille interne ; s'ils cessent rapidement, il n'y a pas lieu de s'inquiéter, mais il faut savoir que des cellules ont été lésées, et qu'il est préférable d'éviter désormais l'exposition à des niveaux sonores élevés. Si les acouphènes persistent plus de 12 heures, et surtout si on constate en même temps une audition anormale, il faut consulter au plus vite.

J'aime le rock et je l'écoute au niveau que cette musique demande c'est-à- dire fort. Je n'ai jamais eu de problème auditif parce que ma chaîne Hi Fi est de très bonne qualité.

FAUX. La qualité de la musique ne joue aucun rôle dans la nocivité. Seule l'énergie sonore, c'est-à-dire le niveau et la durée d'exposition, reçue par l'auditeur conditionne le risque. À comparer avec l'amateur de bons whiskies qui prétendrait ne jamais devenir alcoolique quelle que soit la quantité absorbée.

Je suis un accro de techno, je tiens à m'amuser et à en écouter au niveau qui me plaît et tant que je veux. Y a-t-il des médicaments pour protéger mon audition ?

NON, il n'existe aucun moyen chimique de prévention des risques auditifs. Il faut écouter moins fort, avec des bouchons d'oreille par exemple et /ou moins longtemps.

haut

Le danger des baladeurs

L'oreille interne est fragile et les baladeurs peuvent l'endommager gravement. Tony Leroux est audiologiste à l'Université de Montréal. Dans une édition de l'émission "C'est bien meilleur le matin" à la radio de Radio-Canada, Tony Leroux expliquait la bonne manière d'utiliser ces appareils pour ne pas endommager l'ouïe. En cliquant sur le lien suivant, on peut se rendre écouter l'extrait audio dans lequel l'audiologiste s'entretient avec Catherine Perrin.

http://www.radio-canada.ca/radio/emissions/document.asp?docnumero=16829&numero=27


Note : L'image au début de cette page a été empruntée au site youth.hear-it. Celle de la section Le danger des baladeurs, quant à elle, est emprunté au CIDB, le centre de documentation et d'information sur le bruit ; le lien y donnant accès se trouve dans notre section "Liens"

Le Conseil supérieur d'hygiène de Belgique propose de limiter les baladeurs à 90 dB pour éviter les dommages auditifs.

Article très intéressant à lire :

IL FAUT BRIDER LES LECTEURS mp3

http://www.oreille-malade.com/2007/10/il-faut-brider-les-lecteurs-mp3.html

Troubles d'apprentissage : attention au bruit

Un environnement bruyant peut être défavorable à la réalisation des activités chez des enfants souffrant de troubles de communication. C'est ce qu'ont découvert les professeurs adjoints de l'École d'orthophonie et d'audiologie Claire Croteau et Benoît Jutras dans une étude réalisée en partenariat avec le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport et le Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture.

Lire l'article entier à ce sujet.

http://www.nouvelles.umontreal.ca/archives/2007-2008/content/view/843/319/index.html

JOUETS TROP BRUYANTS - BAISSONS LE VOLUME ! RÉCLAMENT LES ORTHOPHONISTES et les audiologistes canadiens

Durant la dernière période d'achats de cadeaux de Noël, des experts de l'audition ont affirmé que les normes canadiennes en matière de jouets bruyants ne sont pas assez sévères, et permettent la vente de jouets potentiellement dangereux. L'Association canadienne des orthophonistes et audiologistes, l'ACOA, réclame que le gouvernement modifie ses lois et abaisse le niveau sonore maximum des jouets.


Lire l'article de la Presse canadienne en utilisant l'hyperlien suivant.

http://www.info-affaires.com/articles/20071210201231/des_jouets_sont_trop_bruyants_selon_les_audiologistes.html

haut

Témoignages

 

EXCELLENTE INITIATIVE

Bonjour,
Suite à une annonce parue dans Le Devoir, j'ai consulté votre site web. Excellente initiative. Je suis moi-même atteint d'acouphènes à cause du niveau sonore démesuré des bars que j'ai fréquentés durant ma vingtaine. Tout comme vous, je trouve que la société devrait être davantage sensible à la pollution sonore.
Vous pouvez me compter parmi vos sympathisants.


Hugo J., Montréal, Qc

POÈME REÇU D'UN JEUNE DE 20 ANS

L'utilisation du baladeur

Depuis la grande invention du baladeur
La musique est rendue une grande valeur
En effet, elle nous transporte loin ailleurs
Car ce confort, nous donne du bonheur

Ce que les jeunes omettent fréquemment
Lorsqu'ils écoutent un succès bien émouvant
C'est de contrôler le volume parfois strident
Donc s'en suivent, de très graves inconvénients

Écouter sa musique est un plaisir personnel
Mais on doit comprendre que les décibels
Peuvent nous donner une surdité officielle !
Donc plus faire attention, c'est essentiel...


Guillaume Bertand, Otterburn Park, Qc ; septembre 2007